Maroc, les laboratoires obligés de déclarer tout "cadeau" aux médecins

Si les liens d’intérêts entre les médecins et l'industrie pharmaceutique sont nécessaires au développement de l’innovation en santé, ils doivent s’inscrire dans un dispositif de transparence, mais malheureusement au Maroc les relations entre les laboratoires, les professionnels de santé et les associations de malades demeurent troubles. C'est dans ce contexte que le groupe parlementaire du Parti de la justice et du développement (PJD) va présenter un texte de loi visant à clarifier cette relation.  L'objet de ce texte est d’introduire la transparence dans la relation entre les industriels pharmaceutiques et les professionnels de la santé et d’encadrer les privilèges offerts par des industriels ou tout fournisseur de prestations ou médicaments à un professionnel de la santé.

Selon ce projet de loi, "il est strictement interdit aux professionnels de la santé et leurs entités représentatives, ainsi que les personnes physiques ou morales dispensant une formation ou une formation continue aux praticiens (…) de recevoir des privilèges en nature ou sous forme d’argent d’une manière directe ou indirecte de la part de donateurs ". Selon l’art.3 dudit projet, Il est interdit à un professionnel de recevoir de la part d’un donateur un privilège de plus de 200 dirhams à la fois ou 2.000 dirhams sur une année.

Les donateurs seront par la force de la loi obligés de déclarer spontanément toute relation pécuniaire directe ou indirecte au Secrétariat général du gouvernement.

Cette loi concerne la relation entre les laboratoires pharmaceutiques (donateurs) et les professionnels de la santé tels que : les médecins professionnels ou stagiaires du public comme du privé, dentistes, pharmaciens, infirmiers, sages-femmes, bio-techniciens, techniciens, personnel administratif, associations et sociétés de médecins, syndicats et même les associations de malades ou encore les facultés de médecine.

Il est à noter qu’en France les laboratoires pharmaceutiques sont très généreux avec les médecins ! Entre janvier 2012 et juin 2014, ils auraient ainsi versé pas moins de 236 millions d'euros en cadeaux et autres petits avantages (repas, frais hôteliers, voyages, etc.) aux professionnels de santé, du chirurgien au généraliste, en passant par le pharmacien et la sage-femme.