Maroc

Message d'erreur

  • Deprecated function: The each() function is deprecated. This message will be suppressed on further calls in _menu_load_objects() (line 579 of /home/pharmapr/public_html/includes/menu.inc).
  • Notice: Undefined index: node in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Trying to get property 'field_rubrique_icon' of non-object in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Undefined index: node in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Trying to get property 'field_rubrique_icon' of non-object in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Undefined index: node in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Trying to get property 'field_rubrique_icon' of non-object in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Undefined index: node in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Trying to get property 'field_rubrique_icon' of non-object in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Undefined index: node in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Trying to get property 'field_rubrique_icon' of non-object in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Undefined index: node in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Trying to get property 'field_rubrique_icon' of non-object in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Undefined index: node in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Trying to get property 'field_rubrique_icon' of non-object in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Undefined index: node in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Trying to get property 'field_rubrique_icon' of non-object in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Undefined index: node in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Trying to get property 'field_rubrique_icon' of non-object in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Undefined index: node in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Trying to get property 'field_rubrique_icon' of non-object in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).

Taxonomy term

« Quand la rupture de l’équilibre de l’organisme engage le pronostic vital »

L’alliance des maladies rares au Maroc (AMRM), présidée par le Dr Khadija Moussayer, a organisé, sous le patronage du Ministère de la Santé, sa deuxième journée nationale des maladies rares, le Samedi 23 février 2019, à l’université Mohamed VI des sciences de la santé de Casablanca et en partenariat avec Sanofi Genzyme, sur le thème des situations d’urgence : « les maladies rares à décompensation aigue ».

Les maladies rares sont en général  chroniques et évolutives, mais certaines d’entre elles peuvent provoquer la rupture de l'équilibre que l'organisme a trouvé pendant une certaine période pour faire face à cette pathologie ou à un trouble lié quelconque : c’est la décompensation survenant de façon inopinée et susceptible de donner un œdème cérébral, des convulsions, des vomissements inexpliqués… voire un coma. Cette situation critique pose alors un double défi  si la pathologie sous jacente n’est pas  diagnostiquée : cette fraction de maladies rares peut menacer le pronostic vital et mener la personne atteinte en réanimation ; préserver le pronostic vital repose alors sur un diagnostic urgent et précis et sur la mise en route d’un traitement adapté. Cette prise en charge nécessite l'intervention coordonnée d’une équipe multidisciplinaire composée au moins selon les cas, outre l’urgentiste, du médecin généraliste « de famille », d’un pédiatre, d’un interniste« métabolicien », d'un biologiste, d'un diététicien spécialisé…

Un éclairage sur certaines  pathologies susceptibles de décompensation aigue

Cette journée a eu notamment pour  objectif de faire un éclairage sur :

  • Les maladies du cycle de l’urée qui posent un réel problème de santé publique au Maroc malgré leur rareté du fait de leur méconnaissance, de l’indisponibilité de certains produits et d’un manque de spécialistes, métaboliciens en particulier des adultes. Le cycle de l’urée est une voie métabolique permettant la transformation de l’ammoniaque, molécule toxique pour le système nerveux et le foie, en urée, molécule non toxique, excrétée dans l’urine. La décompensation hyperammoniémique en cas de maladie du cycle de l’urée est une urgence vitale qui, en l’absence de prise en charge immédiate et spécifique, peut conduire à des séquelles neurologiques irréversibles, voire à un coma ou au décès.
  • Les porphyries, un groupe de maladies (dess affection caractérisées par la présence, dans l'organisme, de quantités massives de porphyrines, molécules précurseurs de l'hème, une partie non-protéique de l'hémoglobine) dont certaines peuvent se compliquer de paralysies inopinées surtout après la prise de certains médicaments ;
  • L’hyperplasie congénitale des surrénales, une maladie (une anomalie des glandes surrénales situées au-dessus des reins) qui doit être dépistée à la naissance et qui peut se compliquer d’une déshydratation ;
  • La maladie de Pompe, une affection musculaire enzymatique (maladie génétique progressive et souvent fatale) qui a bénéficié récemment d’un nouveau traitement ;
  • Les actualités et les perspectives des thérapies géniques.
  • Des préconisations issues des débats

Les interventions et débats qui ont animé la journée ont permis de conclure à la nécessité  de mettre en œuvre au Maroc une série de mesures concernant les maladies rares en général et les situations d’urgence en particulier :

  1. La mise en place d’une spécialité ou sous-spécialité de  médecine métabolique pour enfants et également pour adultes (à destination des pédiatres et internistes) ;
  2. Un encouragement et une mise en place à l’intention des diététiciens d’une formation à la nutrition spécifique des pathologies d’erreurs du métabolisme ;
  3. L’amélioration de l’accessibilité aux médicaments (notamment aux épurateurs de l’ammoniac pour les pathologies du cycle de l’urée). La direction du médicament et de la pharmacie vient malheureusement de suspendre les Autorisations Temporaires d'Utilisation (ATU) !
  4. L’amélioration de l’accessibilité des examens de l’ammoniaemie  partout  au Maroc
  5. La réalisation de centres de référence, privés ou publiques, des maladies héréditaires du métabolisme ;
  6. l’institution de cartes personnelles pour  les patients souffrant de maladies rares comportant les informations et recommandations utiles en cas d’urgence ( les gestes à faire ou ne pas faire, et ce dans toute situation d’urgence, liée ou non à leurs pathologies)
  7. Améliorer la prise en charge des patients par les assurances maladies, en considérant toutes ces maladies comme « affection de longue durée », ce qui n’est pas le cas pour la plupart actuellement. 

Taxonomy term

L’Université Mohammed VI des sciences de la santé de Casablanca a abrité, la semaine dernière, le deuxième Congrès arabe de santé publique. Cet événement, organisé en collaboration avec l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA), l’Association arabe de santé publique (ArPHA) et l’Imperial Collège London a pour objectif de lancer le débat pour la valorisation du rôle que jouent les spécialistes de la santé dans le choix des politiques, stratégies et programmes gouvernementaux dans le but d’améliorer le système de la santé dans toutes ses dimensions.

Selon Dr Shible Sahbani, conseiller régional en santé reproductive à l’UNFPA pour les États arabes, le Maroc a été choisi pour la tenue de la Conférence, considérant son rôle pionnier dans la consolidation du partenariat Sud-Sud et dans la promotion des plateformes trans-régionales de réflexion, d’échange et de recherche. Un accent particulier a été mis sur les progrès et les défis de la santé reproductive, question centrale de la santé publique et du développement durable.

Cet événement a vu la participation d’environ 300 experts et chercheurs de la région ainsi que de l’OMS, l’UNFPA et autres organismes internationaux ainsi que des universités prestigieuses qui ont exposé les recherches et études les plus récentes et basées sur les évidences scientifiques et les bonnes pratiques des différents pays. Il ont passé au crible des thématiques importantes pour l'ensemble des intervenants dans ce domaine, notamment la question du financement, la couverture sanitaire universelle et la protection sociale, ainsi que les ressources humaines et l’enseignement dans les domaines de la santé.

 Il est à signaler que la première édition de ce congrès s'est déroulée à Dubaï.


Taxonomy term

Un salarié Marocain sur trois est malheureux au travail. C’est ce qui ressort globalement de la première étude nationale sur le bien-être au travail dont les résultats ont été publiés le mois dernier par l’'Observatoire marocain du Bonheur.

Réalisée par le cabinet OpinionWay auprès de 1.200 travailleurs, tous secteurs d’activités confondus. Parmi les différentes catégories, selon cette étude, les hauts fonctionnaires semblent les plus heureux de leur sort, soit 56% contre 46% sur le total de l'échantillon. Parmi les salariés heureux, on retrouve les résidents des provinces du sud du pays avec 54%, les individus ayant obtenu une augmentation salariale représentent 54%, et les mieux nantis avec  50%.

Les individus les plus malheureux au travail, selon l’étude, sont ceux qui travaillent dans les zones rurales (50% contre 36% sur le total de l’échantillon), dans les secteurs de l’agriculture, de la pêche et foresterie (50%) et les ouvriers du privé (44%).

Plusieurs indicateurs ont été étudiés par cette enquête pour évaluer les résultats tels que la quête  de sens, la maitrise des tâches, l'équilibre entre privée et vie professionnelle, la rémunération et les gratifications, le niveau d'autonomie et de responsabilité, l'ouverture sur l'extérieur, la sécurité et la salubrité de l'environnement de travail, le support de la hiérarchie et l'entraide des pairs, la transparence et la pérennité organisationnelle, possibilité d'avancement et l'expression de son potentiel créatif, la moindre difficulté physique des tâches à accomplir ainsi que l'ambiance de travail.


Taxonomy term

  • 09 avr 2019

  • Par : Pharmapresse

  • Tags : Maroc, sante

Le tribunal de première instance de la ville d’Oued Zem  vient de condamner un médecin exerçant dans le secteur privé à un an de prison pour "avoir délivré un certificat médical contenant de fausses déclarations relatives à la période d'invalidité qu'il contient".

Le médecin est accusé d’avoir délivré à une patiente un certificat médical, en y incluant de fausses données aptes à justifier une incapacité physique. Ce document aurait été utilisé contre une tierce personne dans le cadre d’une affaire instruite par la justice.

Selon une source judiciaire " le verdict de culpabilité est prononcé sur la base d’un contre-examen médical, initié par le ministère public et de l'inspection de la police judiciaire, qui a prouvé l'acte criminel commis", ajoutant: "L'accusé a été reconnu coupable de l'utilisation de ce certificat médical selon la loi 445 du code pénal, et condamné à six mois de prison avec une amende de 1 000 dirhams.

Cette condamnation dans le cas d'un certificat médical est la première du genre et vise à promouvoir les valeurs d'intégrité et de transparence du système de justice pour établir le principe de responsabilité.

Selon la législation nationale, toute personne justifiant d’un certificat médical avec une incapacité physique (dégâts corporels) d'une durée égale ou supérieure à 21 jours peut prétendre à l’incarcération de son présumé agresseur le temps de l’enquête et, éventuellement, du procès qui s’ensuit.


Taxonomy term

  • 25 mar 2019

  • Par : Mostafa EL HALI

  • Tags : Maroc, sante

Le Conseil régional de l’ordre des médecins de Marrakech vient de déposer plainte auprès du parquet de la ville de Marrakech après la diffusion d’un reportage où on découvre qu’un Français propose des “Botox partys” au Maroc.

Cette pratique illégale est découverte à travers un reportage sur TF1-France tournée à Marrakech, qui montre un Français dénommé C. M, débarquer à l’aéroport de Marrakech avant d’être emmené en une belle voiture vers des quartiers huppés de la ville et organise des séances collectives d'injections de Botox dite “Botox partys” en plein air, dans un hôtel luxueux à Marrakech. Suivi par les caméras depuis son arrivée dans la ville,

C. M déclare dans cette vidéo que "ces parties sont strictement interdites en France et dans plusieurs autres pays, mais parfaitement autorisées au Maroc".

Dans un communiqué partagé ce 22 mars, la Société marocaine de chirurgie plastique reconstructive et esthétique (SMCPRE) affirme s’associer à la plainte.

Selon ce communiqué, la SMCPRE indique qu’un individu, de nationalité française, ”débarque à Marrakech muni d’une grande valise remplie de produits pharmaceutiques non identifiés et non contrôlés à la douane marocaine”. Il effectue ainsi des ”actes de médecine esthétique tel que des injections de Botox ou de produits de comblement sur le visage de patients marocains ou étrangers dans des riads à Marrakech, en dépit de toutes les conditions d’hygiène et de sécurité nécessaires pour de tels actes”. L’individu , selon la SMCPRE ”.organisait ce qu’il appelle lui-même dans son enregistrement une “Botox partys” chose qui est interdite dans son propre pays, la France, mais qu’il ose perpétrer impunément, de façon sauvage et arrogante dans d’autres pays comme le nôtre sans être inquiété ni à la douane avec sa valise chargée de médicaments, ni par les autorités sanitaires et les autorités judiciaires locales pour son exercice illégal d’actes médicaux sans autorisation dans un lieu non approprié, lui-même n’étant pas connu ni reconnu médecin au Maroc. Il pourrait être poursuivi pour blessures volontaires ”.

Du côté de l’Ordre des médecins de Marrakech, non seulement le principal concerné n’est pas autorisé à exercer un tel acte médical, mais en plus, il aurait fait fi des conditions d’hygiène et de sécurité requises dans ce genre d’interventions,  lesquelles nécessitent un suivi et un contrôle régulier pour parer à toute complication ou réaction allergique pouvant survenir après l’opération.

 

 

 


Taxonomy term

  • 20 mar 2019

  • Par : Pharmapresse

  • Tags : Maroc, OMS

Le Marocain Jaouad Mahjour a été nommé récemment au poste de directeur général adjoint de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), chargé du Programme de gestion des situations d'urgence.

Auparavant, Jaouad Mahjour, occupait le poste de directeur régional de l’OMS pour la Méditerranée orientale par intérim ainsi que le poste de directeur de la gestion des programmes au sein du Bureau régional de la Méditerranée orientale.

Avant son arrivée à l’OMS, Dr Mahjour assurait les fonctions de Directeur de l’épidémiologie et de la lutte contre les maladies au ministère de la Santé au Maroc.

Avec plus de 30 ans d’expérience dans les domaines de l’élaboration, de la mise en œuvre et de l’évaluation de programmes de lutte contre les maladies transmissibles aux niveaux national et international.  Jaouad Mahjour est un spécialiste en santé publique.


Taxonomy term

Dans une lettre adressée au chef du gouvernement la semaine dernière, le Syndicat national des ophtalmologistes libéraux du Maroc s’insurge contre le projet de loi 45-13 .

Le Syndicat estime que ce projet de loi relatif à la définition et aux conditions de travail des professions paramédicales, actuellement à la deuxième Chambre du Parlement, est une "autorisation à l’exercice illégal de la médecine".

Dans ce projet, c’est l’article 6 consacré aux opticiens lunetiers qui engendre polémiques et controverses. Selon cet article de loi:

  • L'opticien lunetier délivre au public des articles d'optiques destinés à corriger ou à protéger la vue.
  • Préalablement à leur délivrance, il réalise l'adaptation et l'ajustage desdits articles au moyen d'instruments de contrôle nécessaire.
  • Il délivre les produits d'entretien et de conservation des lunettes et de lentilles de contact ainsi que les produits de leur humidification.

Toutefois, l'opticien lunetier ne peut délivrer aucun dispositif médical d'optique sans prescription médicale dans les cas suivants :

1) Pour les sujets de moins de 16 ans ;

2) L'acuité visuelle inférieure ou égale à 6/10 après correction ;

3) Amétropies fortes ;

4) Presbyties en discordance avec l'âge.

C’est le premier aliéna de cet article qui inquiète les ophtalmologistes qui considèrent "que mettre entre les mains des opticiens, sans aucune attribution médicale professionnelle, la santé du citoyen est un non sens total et une grande violation de la loi 131-13 qui établit minutieusement les règles de l’exercice médical".

Les opticiens, quant à eux, soulignent qu’ils n’ont pas enfreint la loi en respectant à la lettre ce que stipule le dahir de 1954 et rappellent à ce sujet que l’article 5 de la loi en vigueur ne leur interdit de mesurer l’acuité visuelle que dans certains cas.

Il est à noter que l’article 6 de ce projet de loi  reproduit des portions de dispositions de l’article 5 du dahir de 1954.

Il est à rappeler aussi qu’en France, différentes mesures ont été prises dont l’objectif d’améliorer l’efficience des opticiens et réduire les délais de rendez-vous chez les ophtalmologistes telles que l’allongent de la durée d'adaptation des prescriptions, l’instauration de  la possibilité de délivrer un équipement sans ordonnance en cas de perte ou de bris de verres correcteurs et lorsqu’une urgence est constatée.


Taxonomy term

Selon les statistiques du ministère de la santé, les Marocains ne consomment que 50 ml de dentifrice par an alors que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande de consommer 6 tubes (75 ml x 6), soit 1 tube (75 ml) tous les 2 mois. Grave encore, les Marocains  ne changent de brosse à dents que tous les 4 et demi, 12% qui consultent un dentiste et seulement 18,5% possèdent une brosse à dents.

Les affections bucco-dentaires sont classées parmi les maladies chroniques les plus courantes. Elles constituent un véritable problème de santé publique au Maroc. Entre dents déchaussées, caries multiples, infections, il n'avait jamais connu un tel taux d'urgences dentaires graves.

 Plusieurs cas de décès ont été imputés à la négligence des dents. Le marocain accorde peu d’intérêt aux soins bucco-dentaires, les considérant comme étant une prévention inutile et onéreuse. Selon une  récente enquête épidémiologique réalisée par le ministère de la Santé montre que la carie touche 92% des adultes de 35-44 ans, 87% des adolescents de 15 ans et 81% des enfants de 12 ans. Les statistiques  révèlent également qu’un nombre important de marocains n’ont jamais consulté de médecins dentistes, en effet 27% des adultes de 35-44 ans n’ont jamais bénéficié de dépistage dentaire. Ce chiffre est beaucoup plus inquiétant chez les plus jeunes: 68% des adolescents de 15 ans et 89% des enfants de 6 ans. Les Marocains ne vont pas chez les dentistes pour la prévention, mais plutôt pour la guérison. Cette négligence est d’autant plus dangereuse et néfaste pour les personnes souffrantes déjà de maladies chroniques comme les sujets cardiaques, diabétiques ou néphropathes, hémophiles, ou cancéreux…

 La prévalence élevée des affections bucco-dentaires du citoyen marocain est due à plusieurs facteurs à savoir : le régime alimentaire, le manque et l’absence  d’hygiène dentaire, l’intérêt limité de la population marocaine pour la santé bucco-dentaire, l’insuffisance d’information et d’éducation en matière de santé bucco-dentaire, la difficulté d’accès aux soins, l’absence de couverture médicale pour la grande majorité de la population, le revenu limité qui empêche d’avoir recours aux soins et l’insuffisance de l’infrastructure humaine et matérielle .

Il est à noter que le Maroc ne compte que 1 médecin dentiste pour 8 100 habitants (4.515 médecins-dentistes dans le secteur privé et 600 dans le public), la prévention reste la meilleure des solutions pour lutter contre les affections bucco-dentaires. Il est nécessaire d’éduquer la population aux bonnes pratiques : une bonne hygiène alimentaire, un brossage efficace au moins deux fois par jour, l’utilisation du fil dentaire et des visites régulières chez le médecin dentiste.


Taxonomy term

Dans une lettre adressée au ministère de la santé, ministre de l'Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et au ministère de l'Industrie, de l'Investissement, du Commerce et de l'Economie Numérique, le Réseau Marocain pour la Défense du Droit à la Santé exige la nécessité d'ouvrir une enquête sur les cigarettes suisses exportées vers le Maroc.

Les cigarettes suisses exportées vers l’Afrique, en général, et vers le Maroc, en particulier, seraient plus nocives pour la santé que celles destinées à l’Europe. C'est ce qui ressort d'une enquête journalistique mise en ligne le 21 janvier sur le site de l'ONG suisse “Public Eye”.

Dans cette enquête intitulée « Les cigarettes suisses font un tabac en Afrique », l’ONG avait démontré que les cigarettes suisses destinées à la vente en Afrique étaient plus toxiques que celles que fumaient les Européens. Cette accusation avait évidemment suscité toute une polémique.

L’enquête s’appuie sur les résultats des tests menées en laboratoire et couvre trois marques: Camel, Marlboro et Winston. Pour chacun des trois paramètres testés (goudron, monoxyde de carbone et nicotine, ndlr), la quasi-totalité des cigarettes produites en Suisse et consommées au Maroc enregistre une teneur supérieure à celle observée dans les cigarettes suisses et françaises.

Il est à signaler que le Maroc est le deuxième pays à importer le plus de tabacs depuis la Suisse, derrière le Japon et devant l’Afrique du sud.

Par ailleurs, dans sa lettre, le Réseau Marocain pour la Défense du Droit à la Santé a critiqué la politique du gouvernement en mettant le doigt sur l’échec de ce dernier en matière de lutte contre le tabagisme et la prévention dans les lieux publics et la vente de cigarettes aux enfants.


Taxonomy term

  • 11 mar 2019

  • Par : Dr Zouhair Lahna

  • Tags : Maroc, sante

En arrivant dans mon cabinet en fin de matinée, je retrouve Fatna, assise dans la vielle voiture de son voisin qui prend sur lui de la transporter dans les hôpitaux. Visage triste et gestes lents, elle me dit que le médecin du service de médecine interne l’a renvoyé pour un examen gynécologique. Pourtant, je venais de lui retirer un polype et ce dernier est bénin. Fatna a une maladie incurable de gestion difficile et qui requière un traitement mensuel. Son état de santé s’est détérioré parce qu'elle ne pouvait pas monter les deux étages pour accéder au cabinet, alors elle a attendu en bas. J’étais dépité en voyant son état, dépité encore plus en feuilletant son dossier mal rangé, en parlant avec sa fille de 18 ans qui est spectatrice de la situation dramatique que sa mère est en train de vivre, et surtout dépité et en colère quand elle me raconte le comportement du médecin qui daigne à peine la regarder lorsqu'elle va dans le service de médecine interne du CHU Averroès de Casablanca pour recevoir son traitement . Devant une inflammation persistante dans ses marqueurs sanguins, on lui prescrit des examens à faire, machinalement, la traitant même de non sérieuse. Tandis que la vue de cette pauvre femme nécessite une hospitalisation. J’avoue ne plus savoir dans quelle planète nous sommes, ni comment le système arrive à retirer aux médecins leur humanité et leur empathie. Bien évidement, tous les examens complémentaires doivent être réalisés en privé, même si Fatna possède le RAMED (Aide médicale pour les démunis) et lorsqu'elle a pu trouver un laboratoire qui lui fait une bonne remise et à crédit le temps de trouver de l’aide, le médecin lui demande de changer de labo parce que les analyses ne se sont pas améliorées. Même Kafka deviendrait fou dans les hôpitaux marocains.

Devant cette injustice permanente que subissent les pauvres patients, on se trouve juste dans une posture de gestion au cas par cas et encore. J’ai demandé à la fille de Fatna de prendre plus conscience du cas de sa maman, de trouver une association dans son quartier, je vais essayer d’en parler au directeur d’un hôpital qui connait sa situation et voir avec un professeur s’il connait quelqu’un de plus humain dans le service de médecine interne. Mais ceci reste du rafistolage et demande une énergie importante. Mais pourquoi bon sang, n’arrive-t-on pas à donner un service humain et de qualité à nos citoyens ? Pourquoi les uns et les autres s’habituent à cette injustice et à cette atteinte de dignité des plus démunis d’entre nous ? Et il m’arrive de me demander, finalement, quelle pourra bien être la limite du supportable ?


Pages