La guerre de l'insuline : Novonordisk capitule devant Sothema

  • Par pharmapresse

C'est la fin de la guerre déclenchée entre les laboratoires Novonordisk et Sothema à cause du marché de l'insuline .

Cette bataille autour de ce marché qui a été ouverte le 25 décembre 2012 par une requête antidumping déposée par Sothema. Cette requête avait porté particulièrement sur l’insuline humaine rapide, NPH (lente) et mixte conditionné en flacon de 10 ml produit au Danemark par Novonordisk et importé au Maroc par Laprophan . Novonordisk est accusé par Sothema de pratiquer du dumping en raflant pratiquement tous les appels d’offres du ministère de la Santé. Saisi pour cette affaire, car le dumping est un outil utilisé pour écarter un concurrent qui dérange sur le marché, le ministère de l’industrie avait instauré des droits de douane avec une mesure antidumping de l'ordre de 13,89% pour une durée de 5 ans.

Aujourd'hui, cette mesure antidumping appliquée à ces importations depuis le 28 octobre 2014 est suspendue. Novonordisk, via Laprophan, s'engage à réviser à la hausse ses prix d'exportation de façon à ne plus exporter à des prix de dumping tel qu'il a été établi au cours de l'enquête antidumping.

Le ministère de l’industrie justifie sa décision par le fait qu’il estime que l'engagement de Novonordisk de ne plus exporter à des prix de dumping est susceptible de supprimer les effets dommageables causés à l'industrie nationale de l'insuline en flacons de 10 ml, les dispositions prévues par la réglementation en vigueur étant remplies, le ministère accepte ledit engagement . Selon le ministère, le produit concerné par l'engagement en matière de prix est l'insuline humaine, Rapide, NPH (lente) et mixte conditionnée en flacons de 10 ml importée du Danemark.

Selon les dernières estimations, les diabétiques au Maroc représentent près de 1,5 million de personnes, dont plusieurs milliers d’insulinodépendants.9% de ces personnes sont âgées de plus de 20 ans. Et si l’on considère les tranches d’âge au-delà de 50 ans, la prévalence dépasse les 14%.

Le marché de l’insuline au Maroc pèse près de 50 millions de DH annuellement, soit près de 3 millions d’unités. Le marché privé ne représente que le tiers de ce, la Caisse nationale des organismes de prévoyance sociale (CNOPS) a déboursé, à elle seule, pas moins 379 millions de DH en 2013 pour le diabète. Le marché privé ne représente que le tiers de ce chiffre . Il est à noter qu'il n'y a que trois gros opérateurs (Aventis, Sothema et Laprophan (Novonordisk)) qui se partagent le marché de l’insuline au Maroc .