Estelle !! les bonnes âmes existent

Estelle, 34 ans est ivoirienne, au Maroc depuis deux ans pour chercher une meilleure situation, mais la douleur et la maladie ne les lui permettent pas. Estelle souffre d’un gros fibrome qui lui occasionne des douleurs importantes dans le bassin, l’empêchant ainsi de travailler. Elle a pu trouver notre contact par une connaissance africaine que j’ai opérée il y a quelques mois… du même problème.

Bien habillée, le visage digne mais fatigué, Estelle me montre ses échographies et différents examens sanguins, elle sait qu’elle doit se faire opérer pour aller mieux, ce qui est confirmé par mon examen. Elle sait également que le coût de l’intervention est trop important pour elle et en ramassant ses documents, elle m’a dit en laissant couler une grosse larme sur sa joue, que juste pour les examens, elle a du s’endetter. C’est là que j’ai su qu’elle est séparée de son fils unique resté au pays et qu’elle ne vit que chez des amies dans l’espérance… de jours meilleurs !!

- Je vous opérerai gratuitement, mais il me faudrait tout de même régler les frais de la clinique. C’est vers les 5000 DH (500 € environ. Et malheureusement, je n’ai plus de budget.

- Je sais, mais je ne les ai pas !! m’a répondu Estelle en gardant la tête baissée.

- Pourquoi vous ne voyez pas avec Caritas, organisme chrétien qui aide les migrants et qui ont collaboré avec moi pour certaines patientes.

- J’ai été les voir, on m’a dit qu’ils peuvent aider pour les analyses et parfois les médicaments mais pas en frais d’intervention (qui demeurent élevés pour eux) !!

- Je sais, c’est étonnant, mais c’est comme ça !! Dans ce cas je vous promets de vous aider et pour cela je publierai votre histoire. Les bonnes âmes existent, on trouvera le moyen de vous opérer dans les meilleurs délais, avec l’aide de Dieu… N’est ce pas ??

Ces phrases, ont redonné le sourire à Estelle. Et puis elle a levé sa tête pour me regarder dans les yeux et chercher la véracité dans mes propos. À chaque fois, que je me fatigue, que j’ai des moments de doute par manque de soutien et d’aide, je rencontre des personnes qui ont besoin de moi pour régler leurs problèmes de santé. En leur permettant de recouvrer de la force et de continuer, je reprends mon courage à deux mains et j'avance …