Message d'erreur

Notice: Undefined index: und in include() (line 13 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).

Fièvre aphteuse : Le Maroc prend des mesures de prévention

  • 01 nov 2014

  • Par :

  • Tags :

L’Office National de la Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires (ONSSA), a lancé une campagne d’envergure pour la vaccination des bovins, afin de protéger le cheptel national Marocain après l’apparition de la fièvre aphteuse en Algérie le 27 juillet dernier.

La première phase de cette campagne, lancée le 18 août dernier ,s’est achevée avec une couverture vaccinale de 100% des effectifs concernés, elle concerne  un million de bovins dans 33 provinces relevant des régions de l'Oriental, Taza-Al Hoceima-Taounate, Fès-Boulemane, Meknès- Tafilalet, Tadla- Azilal, Souss-Massa-Drâa, Marrakech-Tensift-Haouz, et Chaouia Ouardigha. La 2éme phase sera généralisée aux autres régions du Maroc, et concernera environ 1,7 millions de bovins.

D'autres mesures ont été  prises  pour réduire le risque d’introduction de la maladie sur le territoire national telles que le renforcement de la vigilance, notamment le long des zones frontalières, et l’interdiction de l’importation des animaux, des produits animaux et d’origine animale et des aliments pour animaux à partir de l'Algérie ainsi la mise en place d’une cellule de veille sanitaire pour suivre de près la situation sanitaire dans la région du Maghreb et au niveau national.

Par ailleurs, et selon le ministère, aucun cas de fièvre aphteuse n’a été détecté sur le territoire national et la situation sanitaire du cheptel continue d’être suivie de très près par les services de l’ONSSA.

Il faut rappeler que la fièvre aphteuse (FA) est la maladie la plus contagieuse du bétail. Elle est inscrite sur la liste A de l’OIE. Elle engendre des pertes économiques considérables , d’où son importance. Elle affecte tous les artiodactyles, tant domestiques que sauvages et se caractérise par l’apparition de vésicules puis d’ulcères dans la cavité buccale, dans l’espace interdigital et sur le bourrelet coronaire des onglons, ainsi que sur la mamelle et les trayons. Elle n’engendre de mortalité que chez les jeunes.