Soins

Taxonomy term

Les hôpitaux français se trouvent dans un état de colère après l'accumulation de leurs dettes envers les Marocains qui sont souvent riches et qui préfèrent se faire soigner en France.

Cette situation a été rendue publique lors d'un débat parlementaire pour faire face à ces problèmes d’impayés.

La dette cumulée par les ressortissants Marocains est estimée à  plus de 7 millions d’euros, ce qui place le Maroc au deuxième rang après l'Algérie avec une dette de 28 millions d’euros.

Parmi les pays les plus redevables, les Etats-Unis (5,7 millions), la Belgique (4,9 millions), la Tunisie (4,7 millions) et l'Italie (4,1 millions).

Le non-paiement des frais d’hospitalisation par les étrangers a suscité une levée de boucliers au sein des hôpitaux français qui ont déclaré vouloir changer de règlement qui obligerait tout étranger à régler à l’avance les frais de son hospitalisation, exception faite des cas urgents.

Les accords qui existent entre la France et plusieurs pays pour accueillir des malades dans ses établissements hospitaliers vont être prochainement changés.

Un système sera instauré pour une concertation étroite entre les différents pays et les hôpitaux français pour éviter que ne s’accumulent des créances et des situations contentieuses.

Les Marocains ne sont plus admis au sein de certaines institutions privées de Paris, mais aussi d’autres régions de la France. Il leur est exigé de présenter des documents prouvant leur solvabilité avant de recevoir toute forme de soins.

Il est à noter que pour faire face à ces problèmes d’impayés les députés français ont voté en première lecture, le 18 décembre 2017, un texte prévoyant que les patients algériens, qui occupent le première place en termes de dettes,  bénéficiant d’une prise en charge en France doivent régler leurs soins à l’avance.