Message d'erreur

  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Deprecated function: The each() function is deprecated. This message will be suppressed on further calls in menu_set_active_trail() (line 2405 of /home/pharmapr/public_html/includes/menu.inc).

Seulement une femme Marocaine sur quatre arrive à atteindre l'orgasme.

  • 01 mar 2015

  • Par : pharmapresse

  • Tags :

Lors d'une présentation de son nouveau produit " Zestra " aux professionnels de la santé , le laboratoire marocain Sothema à révélé les résultat d'une étude concernant les dysfonctions sexuelles et les troubles du désir chez la femme Marocaine. Selon cette étude, 43% des femmes Marocaines souffrent de dysfonction sexuelle. Chez les femmes, la dysfonction sexuelle prend de nombreuses formes, au Maroc selon cette étude , la forme "plaisir sexuel et l'atteinte de l'orgasme" prédomine car seulement une femme sur quatre arrive a atteindre l'orgasme.

L'Enquête inédite :Un marocain sur deux souffre d'impuissance sexuelle

Lors de la conférence-débat organisée dernièrement à Casablanca par l’Association Marocaine d’Endo-Urologie pour présenter les résultats de l’étude «Prévalence de la Dysfonction Erectile chez l’homme ? une enquête auprès des partenaires Femmes» réalisée par le département urologie du CHU Ibn Rochd , la salle était comble mais, ainsi que l’a précisé la gynécologue Nadia Meziane, ce sujet est paradoxalement encore tabou au Maroc : « Il faut briser ce tabou, car la dysfonction érectile cause de nombreux drames, dont principalement des divorces ».

Cette étude inédite qui a été présentée par le Pr. Redouane Rabii, Urologue, Président de l’Association Marocaine d’Endo-Urologie est la première étude scientifique marocaine à déterminer la prévalence de la DE en donnant la parole à la partenaire.

Cette étude menée en 2014 au centre de diagnostic Ibn Rochd sur un total de 202 patientes ayant accepté de répondre à des questions sur leur sexualité, mariées ou ayant une activité sexuelle régulière. A l’issue de cette étude, le résultat est considéré par les médecins comme consternant dans la mesure où 45 % de ces personnes interrogées ont un partenaire qui souffre d’une dysfonction érectile, dont 13 % qui présentent même une dysfonction érectile grave.

L’étude a révélé également qu’ils sont 5% d’hommes uniquement à avoir décidé (ou d’oser) faire déplacement chez le médecin pour trouble de dysfonction érectile.

La vie de couples en danger sexuel : Les femmes interrogées ont indiqué que le trouble érectile a un impact sur le tempérament de leurs conjoints :

  • 29% des époux renoncent après la défaillance érectile,
  • 15% deviennent agressif,

un peu moins de 10% insistent pour obtenir une érection suffisante, Ces éléments ont sans doute un impact sur le degré de satisfaction des femmes de leurs vies sexuelles. Sur le total des 202 femmes sondées, seules 24% ont déclaré être entièrement satisfaites, contre 11% qui ont déclaré être « très insatisfaites ».

Sur le total de l’échantillon sondé, 84 femmes ont déclaré préférer garder le silence après l’apparition de la dysfonction érectile de leurs maris, et moins de 9% arrivent à en discuter. Plus du tiers des femmes déclarent néanmoins encourager leurs conjoints à consulter un spécialiste

Les facteurs des dysfonctions érectiles :

Plusieurs facteurs peuvent être à l’origine des dysfonctions érectiles. Les déterminants peuvent être d’origine vasculaire, auxquels il est possible d’ajouter d’autres facteurs de risque tels que :

  • Le tabagisme (1,5 fois plus de risque de voir apparaître une dysfonction érectile chez le fumeur),
  • L’hypertension artérielle ou le diabète

Sur les 202 femmes mariées interrogées, 56 ont déclaré que leurs époux sont fumeurs (28%), 4 estiment leurs conjoints alcooliques (2%), et 24 (12%) sont mariées à des diabétiques. Ce sont là les principales raisons de la dysfonction érectile.