Message d'erreur

  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Deprecated function: The each() function is deprecated. This message will be suppressed on further calls in menu_set_active_trail() (line 2405 of /home/pharmapr/public_html/includes/menu.inc).

Les aliments au Maroc sont-ils vraiment sûrs?

  • 01 sep 2016

  • Par : M. Lahrizi

  • Tags :

Tout le monde le sait, le Maroc est mal classé en matière d'hygiène, c'est l’un des aspects les plus négatifs de notre pays. Partout le même spectacle désolant de détritus livrés au regard de tous.

Dans les restaurants, les épiceries, les cafés, les rues, les bus, les taxis, devant les commissariats, devant les mosquées, devant les écoles…etc. On le sait qu'au Maroc, tout ce qui dépasse le seuil de la porte, est considéré comme poubelle . C'est une affaire de discipline et de civisme!!

Pour l'hygiène, nous sommes conscients des conséquences, mais qu'en est-il de notre alimentation, de ce que nous mangeons au Maroc ?

L'Etat Marocain assure-t-il ses citoyens?

Les aliments insalubres sont à l'origine, selon les estimations de l'OMS, de 2 millions de décès par an, dont de nombreux enfants. Les aliments contenant des bactéries, des virus, des parasites ou des substances chimiques sont responsables de plus de 200 maladies, allant de la diarrhée aux cancers.

C'est avec ce constat que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé que la Journée mondiale de la santé 2015 serait l'occasion, pour elle, d'encourager les efforts visant à améliorer la sécurité sanitaire des aliments sous le slogan :"de la ferme à l'assiette".

L'Etat Marocain assure-t-il ses citoyens en termes de sécurité sanitaire des aliments?

Les chiffres des intoxications alimentaires et l'état des lieux de tout ce qui touche à l'alimentation que nous avons aujourd'hui préfigurent l'existence d'un danger permanent qui guette vraiment les Marocains.

Les intoxications alimentaires sont en constante augmentation, au niveau national, les données issues du système national de la surveillance épidémiologique et d’information sanitaire montrent que 1000 à 1600 cas de toxi-infections alimentaires surviennent en moyenne chaque année avec un taux d’hospitalisation de 30 à 45 % avec 20 à 25 % des établissements alimentaires de restauration et de vente au détail sont des établissements à risque.

L'état des lieux de tout ce qui touche à l'alimentation suppose que la situation en termes de sécurité sanitaire des aliments présente un danger grave et imminent. Un manque d'hygiène terrible, la saleté est une réalité qui saute aux yeux : de la boucherie à l'épicerie, du snack au restaurant, de la boulangerie à la laiterie ... la liste est longue.

La sécurité sanitaire des aliments est la garantie de l'innocuité des produits alimentaires, c'est-à-dire que leur consommation n'aura pas de conséquences néfastes sur la santé. Elle est l'une des composantes de la sécurité alimentaire. La sécurité sanitaire consiste le contrôle des origines de l'aliment, de sa composition, la détection des sources de contamination bactérienne, le contrôle de la chaîne de fabrication ou de transformation et le contrôle de la chaîne du froid.

Mais qu'en est-il réellement au Maroc ?

La réalité du terrain laisse présager une réelle menace pour la santé des marocains. Le non respect des normes de santé et de sécurité va des abattoirs, en passant par des volailles élevées d'hormones et d'antibiotiques d'origines inconnues, ainsi des poissons congelés et surgelés importés de Chine et distribués aux restaurants pour les revendre au meilleur prix sans oublier les épices et les fruits , surtout les fruits secs, pourris importés par des commerçants sans scrupules qui profitent pour s'enrichir au détriment de la santé des marocains.

Des abattoirs non conformes aux normes sanitaires requises :

Chaque marocaine consomme environ 14 kg de viande rouge par an, selon les dernières statistiques publiées par le ministère de l'agriculture. Notre sécurité est en jeu car la grande majorité des abattoirs municipaux et des tueries rurales au Maroc, et qui sont toujours gérés malheureusement par les communes, ne répond pas aux exigences de salubrité conformément aux normes internationales et sont dans un état catastrophique dans toutes les normes, même sur les conditions nécessaires minimales, tant au niveau des bâtiments que l'équipement.

Les mêmes conditions dans les abattoirs avicoles qui sont, eux aussi, loin des exigences de salubrité. Plus grave encore des conditions infectes de traitement de volailles dans les abattages clandestin ou les tueries traditionnelles qui exercent dans des conditions hygiéniques choquantes. A l’intérieur de ces tueries, tout est crasseux: sol, murs, plafonds, et outils de travail. les poulets égorgés sont mis dans des seaux, également crasseux. L'espace de travail communique avec des toilettes puantes et sans porte..etc

Certains experts posent aussi la question de la qualité de la nutrition donnée à la volaille afin d'augmenter la production, tels que certains antibiotiques et hormones qui pourraient compromettre la santé des citoyens.

Au Maroc, la consommation de volaille a fortement progressé ces dernières décennies, passant de 2,3 à 17,2 kg par habitant/an entre 1970 et 2010 selon l'ODE. Il produit environ 520 000 tonnes de viande de volaille par an, mais à plus de 85% encore via les circuits traditionnels fermiers.

La mafia qui inonde le Maroc de poissons nocifs:

Concernant le poisson, selon la presse, il existe une vraie mafia internationale qui serait derrière l'inondation du marché marocain en poissons surgelés impropres à la consommation. Des restaurants célèbres dans plusieurs villes du Maroc recourent aux services de trafiquants pour s'approvisionner en poissons bon marché et impropres à la consommation fournis par cette mafia internationale.

Entre 80 à 90% de nos épices et fruits secs sont introduits en contrebande:

Concernant les épices, les fruits secs et des légumineuses, entre 80 à 90% de l'approvisionnement du Maroc ce fait par contrebande ce qui représente un danger permanent en termes de sécurité sanitaire liés à l'utilisation de ces produits. Selon les opérateurs, pas moins de 2.000 tonnes de marchandises de contrebande entrent chaque jour au Maroc. Les contrebandiers ont développé des réseaux de distribution de marchandises à travers tout le Maroc, ils ont des dépôts dans toutes les villes.

D'une manière générale, plusieurs facteurs qui interagissent entre eux pour nous donner un tableau sombre pour l'avenir de notre sécurité alimentaire tels que: le nombre croissant d’intervenants et de trafiquants dans la chaîne alimentaire, entre le producteur primaire et le consommateur, l'hygiène insuffisamment contrôlée aux différentes étapes de la production et de la distribution, ainsi que chez le consommateur.

En fin, il est urgent de disposer d'un plan d'intervention d'urgence qui permettra de pallier aux menaces importantes pour la vie et la sécurité des citoyens, car l'État doit assurer la sécurité sanitaire des aliments à tout citoyen marocain.