Somnifères

Message d'erreur

  • Deprecated function: The each() function is deprecated. This message will be suppressed on further calls in _menu_load_objects() (line 579 of /home/pharmapr/public_html/includes/menu.inc).
  • Notice: Undefined index: node in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Trying to get property 'field_rubrique_icon' of non-object in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).

Taxonomy term

Selon une étude rapportée par le journal britannique Dailymail menée par l'Institut de santé publique de Norvège, prendre régulièrement des somnifères augmente le risque de développer une tumeur dans les voies respiratoires (trachée, bouche, nez...).

Les conclusions de cette nouvelle étude doivent désormais être confirmées. En attendant, elles montrent une nouvelle fois que l'utilisation à long terme des médicaments pour favoriser le sommeil peut avoir des conséquences graves sur notre santé.

Les personnes consommant des somnifères à base de benzodiazépines (Nuctalon, Havlane, Hypnovel, Versed, Mogadon et leurs génériques) auraient un risque 2,5 fois plus élevé de développer un cancer dans les voies respiratoires que ceux qui n'en prennent pas. Le danger est 3 fois plus élevé si le traitement dure plus de 3 ans.

Du côté des chercheurs, ils estiment que ce risque pourrait être dû à une association entre tabac et somnifères.

Pour l'instant, aucune hypothèse n'est officialisée, l'étude en n'est seulement à un stade préliminaire et ne fournit pas assez d'éléments.

Dans une étude similaire réalisée, en 2012, par une équipe de chercheurs Américain (journal médical en ligne BMJ Open), révèle que les consommateurs de certains somnifères présenteraient des risques de mort jusqu’à quatre fois plus élevés que la normale et jusqu’à 35% de risque en plus de développer un cancer. D'après l'étude, les médicaments en cause incluent la famille des benzodiazépines (témazepam, par exemple), les non-benzodiazépines (comme le zolpidem), les barbituriques et les sédatifs antihistaminiques.

Source : metronews