Nutrition

Message d'erreur

  • Notice: Undefined index: node in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Trying to get property of non-object in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Undefined index: node in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Trying to get property of non-object in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).

Taxonomy term

Les études menées par le ministère de la santé et ses partenaires, concernant la nutrition, on révélé qu’il y a des carences au niveau des micronutriments, et que près d'un tiers de la population du Maroc souffrent de malnutrition. Un enfant sur trois, une femme sur trois et un homme sur cinq souffrent de carence principalement en fer.

Selon cette étude :

  • 45% des femmes enceintes et de 5% des enfants âgés entre 6 mois et 5 ans et 31% des femmes en âge de procréer ont une carence en fer ;
  • 10% des femmes en âge de procréer et 9,40% des enfants âgés entre 6 et 72 mois souffrent d'un manque de vitamine A, dont 1,3% pénurie de cas sévère ;
  • 22% des enfants âgés entre 6 et 12 ans souffrent d'un manque d'iode ;
  • 2,5% des enfants de moins de deux ans souffrent de rachitisme biologique.

En outre, le Maroc connaît un changement de l’épidémie, se caractérise par l'apparition de maladies chroniques et les maladies associées à l'obésité résultant de comportement de nutrition déséquilibré depuis l'enfance:

  • 14,6% des étudiants sont en surpoids, dont 8,2% d'obèses, posant ainsi un risque de maladies chroniques à l'âge adulte ;
  • 6% des personnes âgées de 20 ans et plus ont le diabète. 34% des personnes âgées de 20 ans et plus souffrent d'hypertension artérielle

Par ailleurs et seelon des statistiques du Global Alliance for Improved Nutrition (GAIN), programme international visant à lutter contre les carences nutritionnelles, le coût de santé et la perte de productivité liés aux carences en micronutriments au Maroc représente 5 % du PIB. La carence en fer représente, à elle seule, représente une perte de plus de 2 milliards de dirhams chaque année.


Taxonomy term

C’est dans un contexte national marqué par les carences nutritionnelles que le programme  « Sehaty fi Taghdiyaty » a vu le jour le 28 Mai 2003.

Initié par Centrale laitière Danone et le ministère de l'éducation nationale et de la formation professionnelle, "Sehaty Fi Taghdiyati" permet de sensibiliser les jeunes générations aux bons principes nutritionnels en milieu scolaire. Cette année plus de 3 000 élèves de grande section et de CP en bénéficient.

Au Maroc, les études menées par le ministère de la santé et ses partenaires, concernant la nutrition, ont révélé qu’il existe des carences au niveau des micro-nutriments, et que près d'un tiers de la population du Maroc souffrent de malnutrition :

• 45% des femmes enceintes, 5% des enfants âgés entre 6 mois et 5 ans et 31% des femmes en âge de procréer ont une carence en fer ;

• 10% des femmes en âge de procréer et 9,40% des enfants âgés entre 6 et 72 mois souffrent d'un manque de vitamine A ou hypovitaminose A, dont 1,3% de cas Sévère ;

• 22% des enfants âgés entre 6 et 12 ans souffrent d'un manque d'iode ;

• 2,5% des enfants de moins de deux ans souffrent de rachitisme biologique.

En outre, le Maroc connaît un changement épidémiologique, se caractérisant par l'apparition de maladies chroniques et de maladies associées à l'obésité résultant d’un comportement nutritionnel déséquilibré depuis l'enfance:

 • 14,6% des étudiants sont en surpoids, dont 8,2% d'obèses, posant ainsi un risque de maladies chroniques à l'âge adulte ;

 • 6% des personnes âgées de 20 ans et plus ont le diabète ; 34% des personnes âgées de 20 ans et plus souffrent en plus d'hypertension artérielle.

Le programme « Ma santé à travers ma nutrition » a été lancée en 28 Mai 2003, dans le cadre d’une convention de partenariat entre le ministère de l’éducation nationale et centrale laitière. Et grâce à son investissement habituel, le programme a réussi à poursuivre le développement de ses activités, dont l’objectif est de continuer à sensibiliser les élèves et les enseignants à l’importance d’une bonne nutrition. En effet, Le nombre de bénéficiaires du programme actuellement, a atteint plus de 4.705.350 étudiants et 192 875 professeurs et plus de 20 000 établissements d'enseignement privé au niveau national.

Il est à noter que pour son volet social, la Centrale Laitière intervient à travers sa Fondation Centrale Laitière. C’est une entité juridique autonome, financée par un prélèvement correspondant à 1% du résultat net de l’entreprise. Elle se focalise sur les projets sociaux, éducatifs et de santé publique, dans le but de protéger l’environnement dans lequel évolue Centrale Laitière.