Médecine

Taxonomy term

Abdelkader Amara, ministre de la santé par intérim après le limogeage de El Houssaine Louardi, vient d'intervenir pour désamorcer la tension entre les professeurs d'enseignement supérieur agrégés des Facultés de médecine de la ville de Marrakech et le Conseil national de l'Ordre des médecins.

L'application de la loi concernant le temps plein aménagé (TPA) permettant aux professeurs de médecine d'exercer dans les cliniques privées est l'origine de cette tension.

En effet, suite à une enquête diligentée en 2015 par ministère de la santé qui avait révélé le cas de 12 professeurs d'enseignement supérieur agrégés qui exercent illégalement dans des établissements de santé privés et sans respect des dispositions en vigueur, le Conseil national de l'Ordre des médecins (CNOM) de Marrakech avait décidé d'engager une procédure disciplinaire à l'égard de ses 12 professeurs d'enseignement ce qui n'a pas plu aux professeurs d'enseignement supérieur agrégés des Facultés de médecine de la ville de Marrakech. Selon eux, l'engagement d'une procédure disciplinaire par l'Ordre des médecins est considéré comme une provocation et une aberration, car ce dernier n'est pas habilité à intervenir dans le cadre l'application de la loi concernant le temps plein aménagé (TPA).

Le ministre Abdelkader Amara vient de trancher, via une lettre adressée au président du Conseil national de l'Ordre des médecins de Marrakech, en désapprouvant la procédure de ce dernier à ce sujet. Dans sa lettre, le ministre appelle au respect des termes de la convention signée en 2015 entre le ministère de la santé, ministère de l'enseignement supérieur et la recherche scientifique et le Syndicat National de l'Enseignement Supérieur et rappelle que, selon les termes de la convention, seule la commission spéciale est habilitée à trancher cette question.

Il est à noter que le TPA a été instauré par le ministère de la santé  en 1996, sur instructions du Roi Hassan II, «pour améliorer les revenus des professeurs agrégés et titulaires». Cette mesure temporaire devait prendre fin 2001, sauf qu’elle dure depuis. L’absence de contrôles de la part de l’administration a ouvert la voie à plusieurs abus.


Taxonomy term

"J'ai toujours entendu dire que les 6ème année sont des minables et des incompétents qui ne cherchent que le moment de quitter vers la buvette. Aujourd’hui, étant externe 6ème année moi même, ayant choisi de ne pas passer par la voie d'internat pour des soucis de santé, je reconnais que j'avais tort ! les 6ème années sont poussés à devenir passables, ils sont poussés vers la fainéantise et vers la hantise des bouquins à force d'être utilisés comme des esclaves, des Khmassa dans les fermes des résidents, des résidents qui ne leur apportent la plupart des fois aucun bénéfice en terme d'apprentissage scientifique ou clinique.

Aujourd'hui même , j'ai trouvé une raison de plus pour regretter mon choix de faire médecine , je sombre à nouveau dans la dépression à cause de ce choix fatal , cette fois ci à cause de ce statut dégradable ; J'ai beau essayé de connaitre les pathologies par cœur, de fouiller dans les bouquins et de m'impliquer dans l'activité clinique du service, eux, ils ne m'impliquent que dans l'activité "teskharite", on me demande de faire un tas de consignes , et ils ne "discutent" les cas des patients qu'entre eux ! On me demander de faire un ecg et après on refuse de l'interpréter avec moi ! On me demande de faire l'admission seule, pour piquer l observation et la présenter lui même, comme si je ne savais pas articuler les mots ! ........

Aujourd’hui même, je voudrais tant poser une question si pertinente au comité pédagogique : Pourquoi affecter les étudiants dans des services non formateurs ? Dans mon service messieurs dames, il n'y a aucune activité pédagogique, ni staff ni visite pédagogique - à part la visite technique 5 min chrono ou on nous dicte, à nous les "khmassa", les consignes dont nous sommes chargés, on ne discute jamais les cas des patients et on essaye jamais de nous apprendre quelconque raisonnement médical ou même petite information utile .....

Pourquoi cher doyen et cher vice doyen des activités pédagogiques nous affecter 10 semaines dans un service chirurgical hyper spécialisé ou on n’apprendra absolument rien de bénéfique pour la formation de médecine générale que nous suivons ?!?? Alors qu'on n est pas passé par des services importants tel les urgences, la gastro enterologie ou la néphrologie ..... ?!??!???

Aujourd'hui même, je n'ai plus envie d’avancer, de lire ou étudier ......je n'ai plus envie de partir au service ni de toucher aux patients ....car aujourd'hui pour une fois de plus, on m'a pris pour une servante : j'étais la entrain de faire l examen clinique et l'ecg d une patiente quand la secrétaire, accompagné du résident, me demande d apporter des prélèvements biologiques de sa propre famille au laboratoire .... Elle me l'impose à vrai dire. Parfait ! Je suis la servante et des résidents et de la secrétaire, je m'attends a ce que la prochaine fois on me demande de faire le ménage et la vaisselle des tagines des infirmiers.

Aujourd’hui, je me demande si je n'ai pas raison de me lamenter sur ce que le médecin fait du médecin ??!!?

 

 

 


Taxonomy term

La Faculté de médecine et de pharmacie de Casablanca (FMPC) vient de  célébrer son 40e anniversaire sous le thème «40 ans au service de la société».

Cette manifestation, organisée du 6 au 8 décembre sous le Haut patronage de SM Le Roi constitue un moment privilégié de rencontre et de partage entre les différents acteurs opérant dans ce domaine selon le doyen de la faculté, Farid Chihab.

L'équipe d’organisation de cette célébration a concocté un programme très riche durant  cette manifestation, des conférences sur des thématiques "Enjeux éthiques en médecine moderne", "Stress, santé dans le monde moderne : impact du travail" et "Urbanisme, ville et santé", entre autres ainsi que des expositions, des tables rondes, des spectacles et des compétitions sportives.

La Faculté de médecine et de pharmacie de Casablanca (FMPC), affiliée à l'Université Hassan II de Casablanca a démarré avec la formation des médecins en 1975 et les  pharmaciens en 2010.

Il est à noter qu’au Maroc  il ya :

05 Facultés de Médecine et de Pharmacie

1962 : Rabat

1975 : Casablanca

1999 : Marrakech

1999 : Fès

2008 : Oujda

Et 02 autres à venir, Agadir (au sud) Tanger (au nord)