Les troubles du sommeil

Taxonomy term

Les troubles du sommeil sont l’un des problèmes les plus fréquents en pratique médicale.

Selon certaines études épidémiologiques internationales, entre 19 et 46% des gens présentent des insomnies, dont 13% à symptomatologie modérée à grave.

La parasomnie est l’un des différents  troubles du sommeil.

Il existe 3 principaux troubles du sommeil :

  • La dyssomnie,
  • L’hypersomnie
  • La parasomnie.

Les parasomnies sont un ensemble de troubles du sommeil qui impliquent des mouvements, émotions, perceptions et rêves anormaux et inconscients survenant lors d'une période de sommeil. Les parasomnies sont différenciées des dyssomnies, celles-ci étant des altérations de la quantité, de la fréquence ou de la durée du sommeil.

Les parasomnies sont des troubles observés, en général, chez les enfants, durant le sommeil.

La plupart de ces manifestations ne sont anormales que si elles deviennent très fréquentes ou si elles perdurent durant l’adolescence voire à l’âge adulte.

Ces troubles du sommeil peuvent être classifiés en fonction du moment où ils interviennent durant le cycle du sommeil.

  • Les parasomnies du sommeil lent profond
  • Les parasomnies du sommeil paradoxal
  • Les autres parasomnies (endormissement, sommeil lent léger)

Les personnes qui présentent des parasomnies se plaignent habituellement de comportements inhabituels pendant le sommeil plutôt que d"insomnie ou de somnolence excessive pendant la journée.

Les parasomnies incluent:

  • Les cauchemars (auparavant appelés rêves d'angoisse)
  • Les terreurs nocturnes
  • Le somnambulisme
  • Terreurs nocturnes, éveils confus, somnambulisme et cauchemars chez les enfants
  • Le trouble du comportement en sommeil paradoxal;
  • Le somnambulisme, un effet possible des somnifères
  • Les parasomnies non spécifiées qui incluent:
  • Trouble du comportement en sommeil paradoxal: signe précurseur de démence et de Parkinson
  • Antidépresseurs liés au trouble du comportement en sommeil paradoxal?
  • La paralysie du sommeil

Les autres parasomnies :

  • Les rythmies d’endormissement
  • Les hallucinations hypnagogiques : L’état hypnagogique (endormissement) est un état durant lequel la personne est victime de troubles sensoriels.
  • L’énurésie : On parle d’énurésie quand les mictions involontaires (pipi au lit) sont récurrentes après l’âge de 5 ans.
  • La somniloquie : La somniloquie est le fait de parler pendant le sommeil.
  • Le bruxisme : Le bruxisme est caractérisé par un grincement des dents pendant le sommeil lent léger.
  • Les troubles alimentaires

Traitements :

 Des précautions simples peuvent être prises pour réduire l’incidence de parasomnies, parmi lesquelles:

1. Garder la chambre propre et dégagée;

2. Sécuriser les portes et les fenêtres;

3. Une bonne hygiène du sommeil est essentielle et devrait être renforcée en prévention et en présence de parasomnies;

4. Dans les cas les plus sévères, une thérapie médicamenteuse (benzodiazépines) ou psychologique (clinique, hypnose, comportementale) peut être recommandée.


Taxonomy term

Aujourd’hui, le sommeil un enjeu de santé publique. Il représente le tiers de notre temps : à 75 ans, nous aurons dormi 25 ans ! Chaque individu a son besoin propre de sommeil. Deux populations existent : les " courts dormeurs " et les " longs dormeurs ", mais la plus grande partie des individus a un besoin de l'ordre de 8h00 de sommeil. À noter que le besoin de sommeil diminue avec l'âge : ainsi, il est tout à fait normal que les adultes dorment moins longtemps que les enfants. A partir de 40 ans, en général, le temps de sommeil diminue et l'on se réveille plus tôt.

Les différents stades du sommeil :

Le cycle du sommeil est divisé en quatre stades différents :

  • Stade I : endormissement, comprenant 2 sous-stades - stade IA : somnolence et IB : assoupissement ;
  • Stade II : sommeil léger ;
  • Stade III : sommeil profond (sommeil établi)
  • Stade IV : sommeil très profond (sommeil lent profond).

Plusieurs cycles (3 à 5), d’environ 90 minutes vont ainsi se succéder durant la nuit.

Au sein d’un cycle, la durée de chaque stade varie en fonction du moment de la nuit.

En début de nuit, on trouvera une majorité de stade lent profond et en fin de nuit, une majorité de stade paradoxal.

Pourcentage de la nuit pour chaque cycle de sommeil :

  • Le stade 1 : 5 % du temps de sommeil,
  • le stade 2 : 50 % du temps de sommeil,
  • Le stade 3 et 4 : 25 % du temps de sommeil,
  • Le stades 5 ou paradoxaux : 20 % du temps de sommeil

Les troubles du sommeil :

Les troubles du sommeil recouvrent des situations très diverses.

Il y a trois principaux troubles du sommeil :

  • La dyssomnie,
  • L’hypersomnie
  • La parasomnie.

La dyssomnie :

Elle  apparaît quand la qualité ou la durée du sommeil sont altérées. Elle représente le principal trouble du sommeil.

Dans la dyssomnie on trouve :

  • L’insomnie,
  • Le décalage horaire.

 

L’hypersomnie :

Les personnes atteintes des troubles du sommeil appelés hypersomnie dorment au minimum 10 heures par nuit et présentent de nombreuses périodes de somnolence durant la journée. Ces personnes vont subir plusieurs phases d'endormissement totale ou partielle durant la journée. C'est ce qu'on appelle la somnolence diurne.

Dans l'hypersomnie on trouve:

  • L’apnée du sommeil,
  • Le ronflement,
  • La narcolepsie,
  • La fatigue chronique,
  • Le trouble du rythme circadien.( syndrome des jambes sans repos)

Les parasomnies:

 

D'origine psychologique, physiologique ou pathologique.

Dans l'hypersomnie on trouve:

  • Le cauchemar,
  • La terreur nocturne,
  • Le somnambulisme.

 

Régulation du sommeil

Il existe 2 types de régulation :

la régulation homéostatique (équilibre interne) : la propension à s’endormir augmente en fonction des privations de sommeil et diminue lors de la survenue d’un épisode de sommeil.

la régulation circadienne sous le contrôle de notre horloge centrale : la pression de sommeil est maximale entre 1h et 5h du matin et est aussi assez intense entre 14h et 16h.

Rappelons que la lumière est le principal synchroniseur de notre horloge interne car c’est son absence qui déclenche la sécrétion de mélatonine, l’hormone de notre endormissement.

 

Traitements des troubles du sommeil :

Le traitement doit être adapté au trouble mais aussi au patient car les troubles du sommeil sont d'intensité différente en fonction des personnes.

Traitement des problèmes d'origine psychologique

  • Cure de sommeil
  • Psychothérapie, sophrologie,
  • Médecine douce
  • Somnifères,
  • Antidépresseurs,
  • Hypnose,

Traitement du ronflement et des apnées du sommeil

  • Appareil respiratoire,
  • Chirurgie,
  • Perte de poids.

 

Traitement des problèmes provenant d'une mauvaise alimentation

  • Adapter l'heure des repas au nouveau fuseau horaire.
  • Régime diététique,

Traitement des problèmes dus au rythme de vie

  • Activité sportive modérée le soir,
  • Cure de sommeil,
  • Faire des siestes.

Taxonomy term

Le sommeil joue un rôle de restauration somatique mais aussi d’amélioration et d’entretien des fonctions cognitives, en particulier de la mémoire ou encore pour assurer certaines fonctions métaboliques. Limiter son temps de sommeil expose à des risques concernant la vigilance, l’apprentissage, le surpoids, etc.

Les troubles du sommeil sont à l’origine de pathologies diverses telles que la pneumologie, la neurologie, l’ORL, la psychiatrie, la pédiatrie..etc

Le sommeil est vital pour l’organisme. Il est nécessaire pour une récupération à la fois physique, intellectuelle et psychologique.

Aujourd’hui, le sommeil un enjeu de santé publique. Il représente le tiers de notre temps : à 75 ans, nous aurons dormi 25 ans ! Chaque individu a son besoin propre de sommeil. Deux populations existent : les " courts dormeurs " et les " longs dormeurs ", mais la plus grande partie des individus a un besoin de l'ordre de 8h00 de sommeil. À noter que le besoin de sommeil diminue avec l'âge : ainsi, il est tout à fait normal que les adultes dorment moins longtemps que les enfants. A partir de 40 ans, en général, le temps de sommeil diminue et l'on se réveille plus tôt.

Les troubles du sommeil recouvrent des situations très diverses. On distingue sept grandes catégories  selon la classification internationale des troubles du sommeil établie par l’American Academy of Sleep Medicine :

  • Les insomnies ;
  • Les troubles respiratoires du sommeil (syndromes d’apnées centrales du sommeil, syndromes d’apnées obstructives du sommeil, syndromes d’hypoventilation) ;
  • Les troubles du rythme circadien
  • Les troubles moteurs du sommeil (syndrome des jambes sans repos…) ;
  • Les troubles centraux d’hypersomnolence (hypersomnies, narcolepsie) ;
  • Les parasomnies (somnambulisme, cauchemars, terreurs nocturnes) ;;
  • Les autres troubles du sommeil.

 

L’hypersomnie est un trouble neurologique caractérisé par un sommeil profond ou excessif. Les individus souffrant de ce type de trouble ont du mal à se lever le matin et sont fatigués la journée, sans forcément être très somnolents.

Les hypersomnies sont différenciées des dyssomnies qui sont  des altérations de la quantité, de la fréquence ou de la durée du sommeil et des parasomnies qui sont un ensemble de troubles du sommeil qui impliquent des mouvements, émotions, perceptions et rêves anormaux et inconscients survenant lors d'une période de sommeil.

L’insomnie est le plus fréquent des troubles du sommeil. 30% de la population ont, actuellement, présenté une insomnie occasionnelle (quelques jours) ou à court terme (moins d'un mois).

Les causes des troubles du sommeil sont diverses. Elles peuvent être psychiatriques, psychologiques, physiologiques, liées à l'environnement, liées à l'hygiène de vie...

Les causes psychiatriques et psychologiques :

  • Stress post-traumatique,
  • choc émotionnel,
  • Trouble de l'humeur (dépression, anxiété).

Les causes physiologiques :

  • Maladies (origine virale, neurologique, génétique, cancer, épilepsie),
  • Fièvre, migraine, dette de sommeil, fatigue chronique, apnée du sommeil,
  • Apnées et le ronflement

Les causes liées à l'environnement :

  • Bruit
  • Stress quotidien
  • Mauvais lit,
  • Ronflement.

Les causes liées à l'hygiène de vie :

  • Horaire de travail (travail de nuit, travail posté), vie nocturne festive, décalage horaire,  activité physique trop intense,
  • Alimentation trop riche, consommation d'excitants,
  • Médicaments (hypnotiques, psychotropes, décongestionnants, les stimulants (par ex. le méthylphénidate) et certains antidépresseurs;
  • nicotine, la caféine et l'alcool;
  • manque d'activité pendant la journée;.

Traitements des troubles du sommeil :

Le traitement doit être adapté au trouble mais aussi au patient car les troubles du sommeil sont d'intensité différente en fonction des personnes.

Traitement des problèmes d'origine psychologique

  • Cure de sommeil
  • Psychothérapie, sophrologie,
  • Médecine douce
  • Somnifères,
  • Antidépresseurs,
  • Hypnose,

Traitement du ronflement et des apnées du sommeil

  • Appareil respiratoire,
  • Chirurgie,
  • Perte de poids.

Traitement des problèmes provenant d'une mauvaise alimentation

  • Adapter l'heure des repas au nouveau fuseau horaire.
  • Régime diététique,

Traitement des problèmes dus au rythme de vie

  • Activité sportive modérée le soir,
  • Cure de sommeil,
  • Faire des siestes.

Taxonomy term

Les troubles du sommeil sont l’un des problèmes les plus fréquents en pratique médicale.

Selon certaines études épidémiologiques internationales, entre 19 et 46% des gens présentent des insomnies, dont 13% à symptomatologie modérée à grave.

La parasomnie est l’un des différents  troubles du sommeil.

Il existe 3 principaux troubles du sommeil :

  • La dyssomnie,
  • L’hypersomnie
  • La parasomnie.

Les parasomnies sont un ensemble de troubles du sommeil qui impliquent des mouvements, émotions, perceptions et rêves anormaux et inconscients survenant lors d'une période de sommeil. Les parasomnies sont différenciées des dyssomnies, celles-ci étant des altérations de la quantité, de la fréquence ou de la durée du sommeil.

Les parasomnies sont des troubles observés, en général, chez les enfants, durant le sommeil.

La plupart de ces manifestations ne sont anormales que si elles deviennent très fréquentes ou si elles perdurent durant l’adolescence voire à l’âge adulte.

Ces troubles du sommeil peuvent être classifiés en fonction du moment où ils interviennent durant le cycle du sommeil.

  • Les parasomnies du sommeil lent profond
  • Les parasomnies du sommeil paradoxal
  • Les autres parasomnies (endormissement, sommeil lent léger)

Les personnes qui présentent des parasomnies se plaignent habituellement de comportements inhabituels pendant le sommeil plutôt que d"insomnie ou de somnolence excessive pendant la journée.

Les parasomnies incluent:

  • Les cauchemars (auparavant appelés rêves d'angoisse)
  • Les terreurs nocturnes
  • Le somnambulisme
  • Terreurs nocturnes, éveils confus, somnambulisme et cauchemars chez les enfants
  • Le trouble du comportement en sommeil paradoxal;
  • Le somnambulisme, un effet possible des somnifères
  • Les parasomnies non spécifiées qui incluent:
  • Trouble du comportement en sommeil paradoxal: signe précurseur de démence et de Parkinson
  • Antidépresseurs liés au trouble du comportement en sommeil paradoxal?
  • La paralysie du sommeil

Les autres parasomnies

  • Les rythmies d’endormissement
  • Les hallucinations hypnagogiques : L’état hypnagogique (endormissement) est un état durant lequel la personne est victime de troubles sensoriels.
  • L’énurésie : On parle d’énurésie quand les mictions involontaires (pipi au lit) sont récurrentes après l’âge de 5 ans.
  • La somniloquie : La somniloquie est le fait de parler pendant le sommeil.
  • Le bruxisme : Le bruxisme est caractérisé par un grincement des dents pendant le sommeil lent léger.
  • Les troubles alimentaires

Traitements :

 Des précautions simples peuvent être prises pour réduire l’incidence de parasomnies, parmi lesquelles:

1. Garder la chambre propre et dégagée;

2. Sécuriser les portes et les fenêtres;

3. Une bonne hygiène du sommeil est essentielle et devrait être renforcée en prévention et en présence de parasomnies;

4. Dans les cas les plus sévères, une thérapie médicamenteuse (benzodiazépines) ou psychologique (clinique, hypnose, comportementale) peut être recommandée.


Taxonomy term

Les troubles du sommeil sont l’un des problèmes les plus fréquents en pratique médicale.

Selon certaines études épidémiologiques internationales, entre 19 et 46% des gens présentent des insomnies, dont 13% à symptomatologie modérée à grave. La dyssomnie est l’un des différents  troubles du sommeil.

Il existe 3 principaux troubles du sommeil :

  • La dyssomnie,
  • L’hypersomnie
  • La parasomnie.

Les dyssomnies sont caractérisées par des anomalies de la quantité, de la qualité ou de l'horaire du sommeil. Elles sont causées par divers facteurs, comme la prise d’alcool et de médicaments, la modification de l’environnement, le changement d’altitude lié au manque d’oxygène.

Les dyssomnies sont différenciées des parasomnies qui sont un ensemble de troubles du sommeil qui impliquent des mouvements, émotions, perceptions et rêves anormaux et inconscients survenant lors d'une période de sommeil.

Les dyssomnies  incluent:

  • L’insomnie
  • L’hypersomnie
  • La narcolepsie
  • Le trouble du sommeil lié à la respiration (apnée du sommeil)
  • Le trouble du sommeil lié au rythme circadien
  • La dyssomnie non spécifiée

Les insomnies occasionnelles touchent 30 à 40% de la population alors que 10 à 15% des gens souffrent d’insomnies chroniques. Les insomnies s’accroissent avec l’âge et concernent deux fois plus les femmes que les hommes. Dans un tiers des cas environ, les insomnies sont associées à des troubles psychiatriques.

Symptômes des troubles du sommeil :

  • Endormissement difficile
  • Sommeil intermittent
  • Réveil trop matinal
  • Sensation de fatigue au réveil
  • Somnolence pendant la journée
  • Troubles de l’humeur
  • Migraines
  • Difficultés à se concentrer ou un manque de vigilance
  • Fatigue constante
  • Apathie
  • Désinhibition
  • Manque de motivation et absence de productivité

Traitements des troubles du sommeil :

Le traitement doit être adapté au trouble mais aussi au patient car les troubles du sommeil sont d'intensité différente en fonction des personnes.

Il faut adopter une hygiène de vie pour améliorer les troubles du sommeil

  • Restreindre le temps passé au lit au sommeil et aux activités sexuelles.
  • Les heures du coucher et surtout du lever doivent être constantes.
  • Évitez les siestes
  • L'exercice physique est recommandé mais il faut l'éviter en fin de soirée.
  • Maintenir des horaires de repas constants
  • Éviter les repas trop lourds en fin de soirée et juste avant de dormir.
  • Privilégiez les glucides lents qui favoriseront l'endormissement.
  • Evitez les excitants 
  • Créer les meilleures conditions d'environnement
     

Traitement :

Traitement des problèmes d'origine psychologique

  • Cure de sommeil
  • Psychothérapie, sophrologie,
  • Médecine douce
  • Somnifères,
  • Antidépresseurs,
  • Hypnose,

Traitement du ronflement et des apnées du sommeil

  • Appareil respiratoire,
  • Chirurgie,
  • Perte de poids.

Traitement des problèmes provenant d'une mauvaise alimentation

  • Adapter l'heure des repas au nouveau fuseau horaire.
  • Régime diététique,

Traitement des problèmes dus au rythme de vie

  • Activité sportive modérée le soir,
  • Cure de sommeil,
  • Faire des siestes.

 


Taxonomy term

Les troubles du sommeil sont l’un des problèmes les plus fréquents en pratique médicale.

Selon certaines études épidémiologiques internationales, entre 19 et 46% des gens présentent des insomnies, dont 13% à symptomatologie modérée à grave.

La parasomnie est l’un des différents  troubles du sommeil.

Il existe 3 principaux troubles du sommeil :

  • La dyssomnie,
  • L’hypersomnie
  • La parasomnie.

L’hypersomnie est un trouble neurologique caractérisé par un sommeil profond ou excessif. Les individus souffrant de ce type de trouble ont du mal à se lever le matin et sont fatigués la journée, sans forcément être très somnolents.

Les hypersomnies sont différenciées des dyssomnies qui sont  des altérations de la quantité, de la fréquence ou de la durée du sommeil et des parasomnies qui sont un ensemble de troubles du sommeil qui impliquent des mouvements, émotions, perceptions et rêves anormaux et inconscients survenant lors d'une période de sommeil.

L’hypersomnie idiopathique :

L’hypersomnie idiopathique est une maladie rare qui affecte la veille et le sommeil. Elle entraine une désorganisation des états de veille et de sommeil. Les personnes affectées ne se sentent jamais suffisamment éveillées dans la journée, et éprouvent des besoins de dormir soit irrépressibles, soit trop longs.

L’hypersomnie idiopathique est considérée comme une maladie rare et orpheline : bien que sa fréquence exacte soit mal connue (car elle n’est pas toujours diagnostiquée, ou avec retard), on estime qu’elle touche environ 3000 personnes en France.

Signes cliniques :

A la différence des autres causes d’hypersomnies et notamment de l’hypersomnie idiopathique de diagnostic différentiel parfois difficile, la plainte de somnolence est variable d’un jour à l’autre et s’associe le plus souvent à une plainte d’insomnie.

Cette association hypersomnie et insomnie peut faire évoquer un trouble de l’humeur, mais ceci est aspécifique car retrouvé aussi au cours du syndrome d’apnées du sommeil et du syndrome d’impatience et de mouvements périodiques des membres, avec une anamnèse toutefois bien différente.

Traitement :

On ne peut aujourd’hui guérir l’hypersomnie idiopathique ; néanmoins, il existe des traitements pour contrôler certains symptômes (en particulier la somnolence diurne excessive). Les traitements varient selon l’individu et selon la sévérité de sa maladie, c’est pourquoi trouver son traitement optimal peut prendre du temps.

A ce jour, il existe un certain nombre de médicaments (modafinil, méthylphénidate, autres stimulants de l’éveil en usage hospitalier)


Taxonomy term

L'apnée du sommeil est un trouble qui se caractérise par une perturbation de la respiration qui interrompt le sommeil. Il est caractérisé par un arrêt du flux aérien d'une durée supérieure ou égale à 10 secondes, la reprise respiratoire coïncidant habituellement avec un éveil très bref ou l'allègement du sommeil.

L'apnée obstructive du sommeil, la forme la plus courante d'apnée du sommeil.

Les apnées de sommeil peuvent s'observer à n'importe quel âge. Avant 60 ans ils touchent essentiellement les hommes, au delà les femmes sont aussi atteintes. Leur incidence dans la population générale est mal connue, elle est actuellement estimée dans une fourchette allant de 0,3 à 5 %. Parmi les hypertendus 22 à 47 % seraient porteurs d'un SAS.

Le SAS est responsable d'une mortalité de 11 % à 5 ans .Il est important de le diagnostiquer précocement, non seulement en raison du danger que court le malade sur le plan cardio-respiratoire mais aussi du fait des répercussions neuropsychiatriques, sociales et professionnelles.

L’Apnée du sommeil atteint au moins un adulte sur 20 et elle est aussi courante que le diabète et l’hypertension. Il y a quatre types d’anomalies respiratoires du sommeil :

  • L’apnée obstructive du sommeil (AOS)
  • L’apnée du sommeil centrale (ASC)
  • L’apnée du sommeil complexe
  • L’hypoventilation du sommeil

Causes et facteurs de risque :

  • Au sommeil lui-même qui réduit l'activité des muscles des voies respiratoires. L'alcool diminue également l'activité de ces muscles ;
  • A des anomalies anatomiques (réduction de la taille du conduit aérien) ;
  • A un excès de poids qui réduit la taille des voies respiratoires

Les apnées centrales sont liées à des anomalies de l'appareil respiratoire (commande nerveuse des muscles respiratoires) : atteinte des centres nerveux (moelle épinière, tronc cérébral) suite à un traumatisme, une infection (poliomyélite) ou une maladie neurologique.

LES SIGNES ÉVOCATEURS D’UN SYNDROME D’APNÉES DU SOMMEIL

  • Un ronflement bruyant ;
  • Des pauses respiratoires ;
  • Des réveils nocturnes avec une sensation d’étouffement ;
  • Des changements répétés de position dans le lit.

Les  signes qui ne sont pas spécifiques au syndrome d’apnées, mais, lorsqu’ils sont présents, doivent faire rechercher ce diagnostic.

  • Des maux de tête ou une fatigue au réveil.
  • Des sueurs nocturnes.
  • Des levers dans la nuit pour uriner.
  • Une impuissance ou une baisse de la libido.
  • Une somnolence diurne lors de situations courantes et monotones de la vie quotidienne.
  • Des troubles de la concentration ou de la mémoire.
  • Une irritabilité ou parfois une dépression.

Les personnes à risque :

  • Personnes ayant un surplus de poids
  • Les gens qui ronflent de façon régulière
  • Les gens souffrant d’hypertension artérielle
  • Antécédents familiaux du syndrome de l'apnée du sommeil (SAOS) et de ronflements
  • Voies respiratoires réduites (grosse langue, menton en retrait, excès de chair à l’intérieur de la gorge et/ou du palais mou)

Facteurs  pouvant  augmenter les ronflements et l’apnée durant une nuit:

  • Dormir sur le dos
  • Consommation d’alcool en soirée
  • Somnifères, narcotiques, (sédatifs), analgésiques pris au coucher

Traitement :

EN CAS D’APNÉES OBSTRUCTIVES :

  • Apnée obstructive légère : des règles hygiéno-diététiques : amaigrissement, suppression de l'alcool et du tabac ;
  • Apnée obstructive plus sévère : antidépresseurs.
  • En cas de persistance, une intervention chirurgicale (au niveau des voies respiratoires supérieures) et la ventilation en pression positive continue (délivrée par un masque nasal) sont proposées.

EN CAS D'APNÉES CENTRALES : traitement par administration d'oxygène en continu (masque et pression positive)

Prévention :

  • Maintenir un poids santé.
  • Ne pas consommer de somnifères.
  • Éviter l'alcool avant de dormir.
  • Arrêter de fumer
  • Surélever le haut du lit.
  • Dormir sur le côté plutôt que sur le dos.
  • Traiter l'asthme et les allergies respiratoires.