Message d'erreur

  • Notice: Undefined index: und in include() (line 14 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Undefined index: und in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Warning: date_timezone_set() expects parameter 1 to be DateTime, boolean given in format_date() (line 2063 of /home/pharmapr/public_html/includes/common.inc).
  • Warning: date_format() expects parameter 1 to be DateTimeInterface, boolean given in format_date() (line 2073 of /home/pharmapr/public_html/includes/common.inc).

Atractylis gummifera (Addad ou Chardon à glu)

La fréquence des intoxications par les plantes représentait 5,1% des intoxications, toutes causes confondues, en dehors des piqûres et envenimations scorpioniques selon une étude du  centre antipoison et de pharmacovigilance du Maroc (CAPM) de 1980 à 2008.Ces études ont montré que les plantes étaient impliquées dans 5,1% de l’ensemble des intoxications,(35% chez des enfants < 15 ans) mais entraînaient une mortalité assez élevée (17 %) .L'Atractylis gummifera  (Chardon à glu ou Addad ) est l’une des plantes les plus toxiques au Maroc avec un taux de létalité de 29,69%.D’après les données analysées durant la période d’étude (1992-2008), 344 cas ont été  déclarés au CAPM dont 68 de décès issus pour la majorité de zone rurale

 

Nom latin: 

Atractylis gummifera

Nom commun: 

Chardon à glu, Chamaeleon blanc,...  

Nom vernaculaire :

 addad, ddad (Maroc, Algérie et Tunisie)

 chouk el alk (Algérie)

 ahfyun (souss) 

Habitat géographique:

Espèce de la région méditerranéenne qui se rencontre au Maroc dans toutes les régions, à l’exclusion de la région de Marrakech, l’Anti Atlas et les zones désertiques ou arides. 

Répartition d’intoxications:

Les intoxications au harmel sont responsables de 10,6 % de l’ensemble des intoxications par plantes au Maroc 

L' intoxication à L'Atractylis gummifera  (Chardon à glu ou Addad ) est une intoxication assez fréquente au Maroc, les données épidémiologiques montrent que :

  • Le chardon à glu vient en tête de liste des plantes toxiques avec 10,6 % des cas au chardon à glu.
  •  C’est la plante la plus dangereuse. Elle provoque plus de la moitié des cas de décès par plantes (77,6%).
  • L’intoxication est saisonnière, surtout

L’atractylis gummifera, est l'espèce de la région méditerranéenne qui se rencontre au Maroc dans toutes les régions, à l’exclusion de la région de Marrakech, l’Anti Atlas et les zones désertiques ou arides. Sa réputation est importante à la fois comme toxique et comme plante médicinale. Il se trouve d’ailleurs en vente libre chez tous les herboristes et dans les souks Sa consommation est caractéristique de fratrie d’enfants vivant en milieu rural, essentiellement des bergers qui la prennent pour son goût sucré par ignorance de son danger.

Description botanique: 

Espèce herbacée Méditerranéenne mais vivace par sa racine, épineuse et odorante, présente en presque toutes les régions du Maroc
Le feuilles, épineuses et  aranéeuses, profondément découpées s'épanouissent sur une tige courte.
Le capitule (5-10cm), rose, évolue lentement en Juillet pour s'épanouir totalement en Novembre.
Le latex est un exsudat du capitule. Desséché, il constitue une masse sphérique de couleur gris noirâtre.
Le fruit, un akène velu, ellipsoîdal est surmonté d'une aigrette blanche.
Ses parties souterraines: Rhizome flexueux et des racines pivotantes.
Cette plante est proche des Carlines

Circonstances de l’intoxication :

La plupart des intoxications sont accidentelles , rarement criminelles. Elles sont souvent collectives, touchant plusieurs enfants d’une même famille vivant à la campagne. Les enfants confondent la racine avec d’autres plantes comestibles comme les artichauts sauvages ;  Scolymus hispanocus (guernina), ou utilisent la glu sécrétée par la plante comme chewing- gum. Ces intoxications peuvent s’observer également lors d’utilisation du chardon à glu comme plante médicinale en raison des propriétés qui lui sont attribuées, à savoir l’effet antipyrétique, diurétique, abortive, purgative et émétique.

Elle est responsable d’intoxications généralement accidentelles, se produisant souvent en milieu rurale. Il s’agit dans la majorité des cas d’enfants qui prennent la substance blanchâtre sécrétée par la plante pour un chewing-gum ou lorsqu'il existe une confusion entre le chardon à glu et l'artichaut sauvage. L’évolution est le plus souvent mortelle en l’absence d’un traitement spécifique.

Composition et mécanisme d’action :

Les principes toxiques de la racine sont deux glucosides diterpéniques bisulfatés solubles  dans l’eau : l’atractyloside et la gummiférine (carboxy-atractyloside). La quantité d’atractyloside varie de 0,12 à 1,57% selon la provenance et la saison. La toxicité du chardon à glu est globalement due à l’action du carboxy-atractyloside qui  inhibe, en se liant avec la phosphoryl transférase, le transport des nucléotides phosphorylés