Apnées de sommeil

L'apnée du sommeil est un trouble qui se caractérise par une perturbation de la respiration qui interrompt le sommeil. Il est caractérisé par un arrêt du flux aérien d'une durée supérieure ou égale à 10 secondes, la reprise respiratoire coïncidant habituellement avec un éveil très bref ou l'allègement du sommeil.

L'apnée obstructive du sommeil, la forme la plus courante d'apnée du sommeil.

Les apnées de sommeil peuvent s'observer à n'importe quel âge. Avant 60 ans ils touchent essentiellement les hommes, au delà les femmes sont aussi atteintes. Leur incidence dans la population générale est mal connue, elle est actuellement estimée dans une fourchette allant de 0,3 à 5 %. Parmi les hypertendus 22 à 47 % seraient porteurs d'un SAS.

Le SAS est responsable d'une mortalité de 11 % à 5 ans .Il est important de le diagnostiquer précocement, non seulement en raison du danger que court le malade sur le plan cardio-respiratoire mais aussi du fait des répercussions neuropsychiatriques, sociales et professionnelles.

L’Apnée du sommeil atteint au moins un adulte sur 20 et elle est aussi courante que le diabète et l’hypertension. Il y a quatre types d’anomalies respiratoires du sommeil :

  • L’apnée obstructive du sommeil (AOS)
  • L’apnée du sommeil centrale (ASC)
  • L’apnée du sommeil complexe
  • L’hypoventilation du sommeil

Causes et facteurs de risque :

  • Au sommeil lui-même qui réduit l'activité des muscles des voies respiratoires. L'alcool diminue également l'activité de ces muscles ;
  • A des anomalies anatomiques (réduction de la taille du conduit aérien) ;
  • A un excès de poids qui réduit la taille des voies respiratoires

Les apnées centrales sont liées à des anomalies de l'appareil respiratoire (commande nerveuse des muscles respiratoires) : atteinte des centres nerveux (moelle épinière, tronc cérébral) suite à un traumatisme, une infection (poliomyélite) ou une maladie neurologique.

LES SIGNES ÉVOCATEURS D’UN SYNDROME D’APNÉES DU SOMMEIL

  • Un ronflement bruyant ;
  • Des pauses respiratoires ;
  • Des réveils nocturnes avec une sensation d’étouffement ;
  • Des changements répétés de position dans le lit.

Les  signes qui ne sont pas spécifiques au syndrome d’apnées, mais, lorsqu’ils sont présents, doivent faire rechercher ce diagnostic.

  • Des maux de tête ou une fatigue au réveil.
  • Des sueurs nocturnes.
  • Des levers dans la nuit pour uriner.
  • Une impuissance ou une baisse de la libido.
  • Une somnolence diurne lors de situations courantes et monotones de la vie quotidienne.
  • Des troubles de la concentration ou de la mémoire.
  • Une irritabilité ou parfois une dépression.

Les personnes à risque :

  • Personnes ayant un surplus de poids
  • Les gens qui ronflent de façon régulière
  • Les gens souffrant d’hypertension artérielle
  • Antécédents familiaux du syndrome de l'apnée du sommeil (SAOS) et de ronflements
  • Voies respiratoires réduites (grosse langue, menton en retrait, excès de chair à l’intérieur de la gorge et/ou du palais mou)

Facteurs  pouvant  augmenter les ronflements et l’apnée durant une nuit:

  • Dormir sur le dos
  • Consommation d’alcool en soirée
  • Somnifères, narcotiques, (sédatifs), analgésiques pris au coucher

Traitement :

EN CAS D’APNÉES OBSTRUCTIVES :

  • Apnée obstructive légère : des règles hygiéno-diététiques : amaigrissement, suppression de l'alcool et du tabac ;
  • Apnée obstructive plus sévère : antidépresseurs.
  • En cas de persistance, une intervention chirurgicale (au niveau des voies respiratoires supérieures) et la ventilation en pression positive continue (délivrée par un masque nasal) sont proposées.

EN CAS D'APNÉES CENTRALES : traitement par administration d'oxygène en continu (masque et pression positive)

Prévention :

  • Maintenir un poids santé.
  • Ne pas consommer de somnifères.
  • Éviter l'alcool avant de dormir.
  • Arrêter de fumer
  • Surélever le haut du lit.
  • Dormir sur le côté plutôt que sur le dos.
  • Traiter l'asthme et les allergies respiratoires.