Voilà comment le ministre de la santé va gérer la santé des Marocains

  • 23 avr 2018

  • Par : Mostafa EL HALI

  • Tags : sante, Maroc

Le ministre de la Santé, Anas Doukkali, a présenté lors du dernier conseil de gouvernement. , tenu le jeudi 19 avril, les grandes lignes de son plan d'action qui s'étend jusqu'à l'horizon 2025.

La santé constitue l’un des axes les plus importants de la politique sociale du gouvernement. Monsieur Anas Doukkali doit réussir là où ses prédécesseurs n’ont pas donné totale satisfaction et devra donc faire face à de nombreux défis, à savoir le manque de personnel médical, l’accès aux soins ainsi que le  manque d’infrastructures sanitaires et  la qualité des structures sanitaires

m

Les grandes lignes d'un projet :

Le programme, projeté pour cette période selon ce plan d'action, a pour objectif d’améliorer l'accès aux soins ; d’assurer des prestations de santé de qualité aux diverses catégories couvertes par l'assurance maladie de base et de combler le déficit des ressources humaines.

Pour améliorer l'accès aux soins, le plan préconise le développement du réseau public, le renforcement du réseau des institutions de soins de santé primaires, le développement de la santé mobile dans le monde rural ainsi que l’amélioration de la santé de proximité et de la médecine de famille.

Pour renforcer la santé nationale et lutter contre les maladies, monsieur Anas Doukkali vise à faire ériger les programmes maternels et infantiles en tant que priorité nationale, renforcer la lutte contre les maladies transmissibles, promouvoir la santé des personnes ayant des besoins spécifiques, relancer le plan national de santé mentale et promouvoir la vigilance sanitaire et la sécurité sanitaire.

Enfin l’axe relatif à la gouvernance du secteur de la santé et la rationalisation de l'usage des ressources, le ministre préconise le renforcement des moyens humains dans le secteur, l’amélioration des conditions de travail et la motivation des professionnels, l'élargissement de la couverture sanitaire de base ainsi que le renforcement de la surveillance législative et réglementaire dans le secteur de la santé.