Scandales des hôpitaux:enquête parlementaire ou inspection ministérielle ?

  • 01 Jan 2014

  • Par : pharmapresse

  • Tags :

Le ministre de la santé , El houssain Louardi , est revenue sur ses déclarations antérieures, dans lesquelles Il a fait endosser l'entière responsabilité de l'état de la santé au Maroc à l’absentéisme des médecins ,des propos  qui ont provoqué un tollé chez les médecins.

En effet lors des questions orales en séance plénière de la chambre des représentants  de ce mercredi 7 janvier , le ministre a admis qu'il n'y a pas  de lien directe de cause à effet entre l'absentéisme des médecins et la détérioration des prestations des établissements de santé dans le Royaume . D'après une source proche du dossier, le ministre de la santé s'apprête à dépêcher une commission d'inspection pour enquêter sur l'état des lieux de ces hôpitaux sujets des  photos mises sur la page Facebook  (les scandales du secteur de la santé).A ce sujet, le ministre a nié avoir menacé les médecins auteurs de cette page .

Les médecins du secteur public montent au créneau:

Malgré ces tentatives d'apaisement, le bras de fer médiatique continue entre El houssain Louard et les médecins du secteur public.

Dans un communiqué, le syndicat indépendant des médecins du secteur public (SIMSP) a demandé la constitution d’une commission d’enquête parlementaire afin de faire le point sur les vraies défaillances d’un secteur vital pour une large catégorie de citoyens. Le SIMSP, qui a soumis sa demande aux présidents des deux Chambres du Parlement ainsi qu’aux présidents des groupes parlementaires, a incité le gouvernement à «assumer ses responsabilités et reconnaitre la mauvaise gestion du secteur au lieu d’accuser les médecins».

Le législateur et l'exécutif doivent se conformer rigoureusement aux dispositions de notre constitution notamment :

L'article 67: Outre les commissions permanentes mentionnées à l'alinéa précédent, peuvent être créées à l'initiative du Roi ou à la demande du tiers des membres de la Chambre des Représentants, ou du tiers des membres de la Chambre des Conseillers, au sein de chacune des deux Chambres, des commissions d'enquête formées pour recueillir les éléments d'information sur des faits déterminés ou sur la gestion des services, entreprises et établissements publics, et soumettre leurs conclusions à la Chambre concernée.

La loi organique n° 085-13 relative aux modalités de fonctionnement des commissions d’enquête parlementaires  notamment  l'article 2 : En vertu de l’article 67 de la Constitution, les commissions d’enquête parlementaires peuvent être créées à l’initiative du Roi ou à la demande du tiers des membres de la Chambre des représentants ou du tiers des membres de la Chambre des conseillers pour recueillir des éléments d’information sur des faits déterminés, ou sur la gestion des services, établissements et entreprises publics, en vue de soumettre leurs conclusions à la Chambre qui les a créées. Et l'article 4 qui stipule que : Lorsque la commission d’enquête est créée à l’initiative de l’une des deux Chambres, le président de la Chambre concernée en avise le Chef du gouvernement dès réception de la demande dans un délai de trois jours au plus.

En fin, le bureau national du syndicat indépendant des médecins du secteur public demande au gouvernement  " d'avoir le courage politique et admettre cette situation catastrophique de notre système de santé  au lieu de «s’acharner sur les médecins ".

Il est à noter que les créateurs de la page Facebook  (les scandales du secteur de la santé) où les photos ont été postées pour dénoncer l'état déplorable des hôpitaux publics , sont aujourd'hui la cible de menaces de mort, ils ont  publié un message dans lequel ils attirent l’attention de l’opinion publique sur des menaces de mort proférées par téléphone contre le médecin ayant créé cette page, ils ont exprimé leur étonnement face à cette menace, se disant déterminés à poursuivre leur combat pour la réforme du secteur de la santé en postant des photos montrant l’état catastrophique des hôpitaux du royaume ainsi que la situation dégradante dans laquelle se trouvent ces établissements publics et les malades qui y sont soignés.

L’horreur des hôpitaux marocains :

Seulement 22 hôpitaux publics pour l'ensemble du pays et un manque criant de moyens médicaux , au Maroc, le vrai malade c'est la Santé publique et les hôpitaux populaires, a tel point que les hauts responsables du pays choisissent d'aller se faire soigner en France, en Grande Bretagne ou en Allemagne.

Des villages entiers enclavés dans l'Atlas marocain, des ponts et des routes qui s'écroulent en en rien de temps suite aux récentes inondations du sud marocain, des hôpitaux et dispensaires en état lamentable...

Cette page Facebook , suivie par plus de 20.000 personnes et regroupant ces "photos de la honte" a été créée pour faire la lumière sur l’état déplorable de certains centres hospitaliers publics. Avec, dans le viseur, le ministre de la Santé Houcine El Ouardi, accusé de laisser faire et de ne pas accorder suffisamment de moyens aux hôpitaux.

Sur cette page , les médecins postent des photos de ce que vivent les patients et les médecins tous les jours dans des hôpitaux sous-équipés, ne répondant pas aux critères d’hygiène et souffrant d’un état avancé de délabrement. C’est ainsi que l’on découvre une dizaine de femmes venant d’accoucher allongées dans un hall par manque de lits à l’hôpital universitaire de Rabat, un patient qui dort à même le sol, des toilettes inutilisables et des repas maigres pour des patients censés bénéficier d’un régime spécial. Des images qui font froid dans le dos destinées à sensibiliser les citoyens à ce message : ce n’est pas toujours de la responsabilité du médecin s’ils ne sont pas traités correctement dans les établissements de santé publics.