Rapport/taux de suicide: le Maroc est en fin de liste à l'échelle maghrébine

La Journée mondiale de prévention du suicide (WSPD), un fléau qui coûte la vie à près d’un million de personnes chaque année, est une journée de sensibilisation célébrée le 10 septembre de chaque année, afin de fournir un engagement mondial et des actions pour prévenir les suicides.

Selon un rapport de l’OMS intitulé « Statistiques sanitaires mondiales 2018: suivi de la santé pour les Objectifs du développement durable», publié à cette occasion, le Maroc boucle le classement maghrébin avec 2,9 cas de suicides pour 100 000 habitants. Il a enregistré ainsi une baisse notable avec un taux qui est passé de 8,6 cas pour 100 000 habitants en 2010, à 5,3% en 2014 et 4,8 cas en 2015, pour tomber à 2,9 cas en 2016.

La Libye occupe le premier rang au niveau du Maghreb avec 5,2 cas de suicide pour 100 000 habitants. La Mauritanie arrive en 2é position avec 4,4 cas de suicide pour 100 000 habitants suivi par la Tunisie et l’Algérie avec respectivement 3,4 et 3,2 cas et de suicide pour 100 000 habitants.

Concernant les méthodes de suicides les plus répandues au Maroc, ce rapport indique que notre pays  est classé parmi les pays où on se suicide par absorption de pesticides ce qui impose aux autorités de mettre beaucoup de restrictions  à obtenir ces pesticides incriminés pour baisser ce chiffre dramatique.

L’organisme précise aussi que  la majorité des personnes qui se suicident ont plus de 50 ans, tandis que le suicide touche deux fois plus d'hommes que de femmes.

Le suicide est un problème qui touche le monde entier et presque toutes les tranches d’âge. Au niveau mondial, les taux de suicide sont supérieurs chez les personnes âgées de 70 ans ou plus. Mais dans certains pays, c’est chez les jeunes qu’ils sont le plus élevés. Fait notable, le suicide est la deuxième cause de décès chez les 15-29 ans dans le monde.

Plus de 800 000 personnes meurent chaque année de suicide, soit une toutes les 40 secondes, révèle ce premier rapport de l'OMS, environ 75% des suicides sont commis dans les pays à revenu faible ou intermédiaire. Un chiffre supérieur aux victimes de guerre ou de catastrophes naturelles.

L’intoxication par pesticides, la pendaison et les armes à feu sont les méthodes les plus fréquentes au niveau mondial. Les données de l’Australie, du Canada, des États-Unis, du Japon, de la Nouvelle-Zélande et de plusieurs pays européens montrent que le fait de limiter l’accès à ces moyens peut aider à prévenir les décès par suicide. Une autre manière d’y parvenir serait l’engagement des gouvernements nationaux à élaborer et à mettre en œuvre un plan d’action coordonné. Aujourd’hui, seuls 28 pays possèdent des stratégies nationales de prévention du suicide.