Propagation alarmante de la leishmaniose cutanée dans le sud du Maroc

Plus de 3.000 cas ont été recensés ces derniers mois dans la région de Drâa-Tafilalet selon la Direction Épidémiologie du ministère de la Santé.

Cette poussée épidémique au niveau de cette région est due notamment aux aléas climatiques, le relâchement des actions de lutte une fois la situation épidémiologique maitrisée et la persistance des facteurs de risques notamment la densité élevée du réservoir du parasite (le rongeur). Les conditions d'hygiène favorisent le pullulement du vecteur de la maladie, le phlébotome et celle du rongeur 'réservoir' qui se nourrit de déchets ménagers.

Sur les réseaux sociaux, les habitants des localités touchées diffusent massivement des photos d'enfants atteints, le visage ou les mains marqués par des lésions, en appelant à une plus grande mobilisation des pouvoirs publics.

Il est à noter qu’en 1976, la première épidémie a été enregistrée à Errachidia avec 729 cas dans la localité d’Alnif. La leishmaniose cutanée à leishmania major a marqué, en 2010, un pic épidémique dans la région avec un nombre important de cas enregistrés (4.128 cas dans la province d’Errachidia à elle seule),

Il y a trois types de leishmanioses: les leishmanioses viscérales ou Kala-azar, mortelles en l’absence de traitement ; les leishmanioses cutanées, localisées ou diffuses et les leishmanioses cutanéomuqueuses.

Les leishmanioses représentent un problème de santé publique au Maroc, non seulement à cause du nombre de cas enregistrés chaque année, mais aussi à cause de la large répartition de la maladie sur le territoire marocain, la diversité des espèces de leishmanies et la diversité des formes cliniques; ainsi que les facteurs climatiques, environnementales et socio- économiques ayant un impact sur la propagation de la maladie.

Au Maroc, la Leishmaniose cutanée se présente généralement sous trois formes cliniques :

1-La Leishmaniose cutanée zoonotique (LCZ), dite aussi rurale ou humide causée par L. major occupe le Sud et le Sud-Est .

2-La Leishmaniose cutanée anthroponotique (LCA), dite aussi urbaine ou sèche due à L. tropica occupe le Nord-Ouest et le centre.

3-Une forme rare de la Leishmaniose cutanée dite sporadique due à L. infantum est surtout localisée à l’extrême Nord et au Rif.

Entre 1990 et 2010, 50 208 cas de LC ont été´ recenses ; 34 818 cas étaient dus a L. major (soit 69,4 %) et 15 390 a` L. tropica (soit 30,6 %).

Au cours des vingt dernies années, une recrudescence du nombre de cas de LC a été´ observée au Maroc ainsi que dans de nombreux pays, particulièrement au Maghreb (Tunisie) et au Moyen-Orient. Le Maroc demeure néanmoins moins touche´ que l’Algérie voisine.

La leishmaniose est un problème sanitaire, sérieux. Les leishmanioses sont endémiques dans 88 pays et les quatre continents que sont l'Afrique, l'Amérique du Nord et du Sud, l'Asie et l'Europe.