Message d'erreur

  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Deprecated function: The each() function is deprecated. This message will be suppressed on further calls in menu_set_active_trail() (line 2405 of /home/pharmapr/public_html/includes/menu.inc).

Maxilase, Smecta,... des médicaments "plus dangereux qu'utiles" !

Comme chaque année depuis huit ans, la revue indépendante Prescrire publie sa liste noire des médicaments sur le marché. Une dizaine de spécialités a été ajoutée par rapport à l’an dernier. La plupart sont en vente libre dans les officines. Selon la revue, les médicaments visés dans cette liste sont des "causes de mortalité, d’hospitalisations ou d’effets nocifs graves ou très gênants, largement évitables".

Les spécialités ajoutées pour l’an 2020 sont :

  1. L’alpha-amylase (Maxilase° ou autre)
  2. Le Ginkgo biloba (Tanakan° ou autre)
  3. Le naftidrofuryl (Praxilène° ou autre)
  4. Le pentosane polysulfate oral (Elmiron°)
  5. La pentoxyvérine (Vicks sirop pectoral 0,15 %°. Clarix toux sèche pentoxyvérine 0,15 %°)
  6. Le ténoxicam (Tilcotil°),
  7. La xylométazoline,
  8. L’attapulgite (Actapulgite°, ou en association dans Gastropulgite°)
  9. La diosmectite (Smecta° ou autre)
  10. L (Rennieliquo°)
  11. La montmorillonite beidellitique alias monmectite (Bedelix°, ou en association dans Gelox°)
  12. Le kaolin (en association dans Gastropax° et Neutroses°).

Les évaluations reposent, selon prescrire sur "une procédure rigoureuse : recherche documentaire méthodique et reproductible, résultats basés sur des critères d’efficacité pertinents pour les patients, hiérarchisation des données selon leur niveau de preuves, comparaison versus traitement de référence (quand il existe), prise en compte des effets indésirables avec la part d’inconnu ".

Selon la revue, les douze nouveaux médicaments ont été inscrits car  "les effets indésirables auxquels ils exposent sont disproportionnés par rapport à leur faible efficacité ou à la bénignité de la situation clinique dans laquelle ils sont autorisés".