Maroc : Naissance du premier centre de recherche contre le cancer

Le 1er institut de recherche sur le cancer (IRC) inauguré, lundi dernier, par la princesse Lalla Salma, présidente de la Fondation Lalla Salma-Prévention et traitement des cancers, est considéré comme la première institution d'utilité publique au Maroc et l'une des premières structures académiques d'expertise au service de la recherche en cancérologie.
Cet institut, qui est le premier du genre au Maroc et en Afrique, est réalisé au sein du Centre hospitalier universitaire Hassan II de Fès pour un coût de 15 millions de DH. C'est le fruit d'un partenariat entre la Fondation Lalla Salma-Prévention et traitement des cancers, le ministère de l'Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation des cadres et le ministère de la Santé.

L'IRC est dirigé une direction de gestion, un conseil d'administration et un conseil scientifique composé de 15 chercheurs.

Selon Mr Mohcine Zouak, directeur de l’IRC, ce projet a pour mission d’initier, de planifier, coordonner et développer la recherche dans les axes stratégiques du Plan national de prévention et de contrôle du cancer. Il mettra à la disposition de tous les chercheurs à travers le Royaume de l'expertise, des données fiables et des ressources pour tous les projets novateurs de recherche couvrant les grands domaines de la recherche en cancérologie, notamment la recherche fondamentale et clinique, l'épidémiologie et les sciences humaines et sociales.

Il est à noter que la Fondation Lalla Salma-Prévention et traitement des cancers est créée en 2005 à l'initiative de Son Altesse Royale la Princesse Lalla Salma.

Cette fondation coordonne le développement et la mise en œuvre des programmes nationaux de lutte contre le cancer au Maroc en partenariat avec le Ministère de la Santé. Elle  joue un rôle stratégique dans le programme de détection précoce et de traitement des cancers du sein et du col utérin. Elle est également impliquée dans des campagnes de sensibilisation sur le cancer ainsi que des programmes d'accès à un traitement gratuit pour les patients aux revenus limités.