Maroc : les médecins paralysent les hôpitaux pendant une semaine

La série des manifestations menées par les médecins du secteur public continue. Ils ont décidé de maintenir la pression en vue d'améliorer les conditions d'exercice des médecins. Ils appellent ainsi à une grève, du 7 au 13 mai, baptisée "la semaine de la colère du médecin du secteur public ".

Selon un communiqué du syndicat indépendant des médecins du secteur public (SIMPS), aucun examen médical ne sera effectué dans les centres de diagnostic, du 7 au 11 mai, et aucun certificat médical ne sera délivré, notamment les certificats pour les conducteurs.

Les médecins prévoient également une marche nationale et un sit-in devant le ministère de la Santé à Rabat, le 13 mai à partir de 10h du matin.

Des grèves de 48 h sont aussi prévues le mercredi 23 et jeudi 24 mai dans tous les centres de santé du secteur public, à l’exception des services de réanimation et des urgences.

Le syndicat appelle à poursuivre la "grève de cachets", et le port de brassard noir 509 (mention à l'indice salarial 509).

Pour rappel, les médecins réclament l’amélioration de leur condition de travail, l'équivalence du doctorat en médecine avec le doctorat national, et d'être payé selon l’indice salarial 509 soit près de 15.000 dirhams mensuels. Le syndicat revendique aussi de rajouter deux grades au-dessus du hors échelle, ainsi que l’augmentation des postes budgétaires consacrés médecins spécialistes résidents et internes.