L'hypocondrie

  • Par : Pharmapresse

  • Tags :

L'hypocondrie est un trouble  somatoforme  qui se traduit par une prédisposition à se croire atteint d'une ou plusieurs pathologies touchant principalement les organes situés dans les hypocondres.

C’est une maladie se traduisant par une peur permanente, une obsession pour son état de santé.

Il est difficile de déterminer combien de personnes souffrent en fait de ce trouble. Les estimations varient de 0,8% À 8,5% de la population générale. Cette condition semble survenir aussi chez les hommes et les femmes.

Il existe trois formes d’hypocondrie :

  • L’Hypocondrie névrotique. Le malade est conscient de sa maladie. Ce sont des crises d’angoisse dans lesquelles il ressent le besoin de voir d’urgence un médecin, ces crises peuvent être fréquentes.
  • L’Hypocondrie démentielle : une détérioration de l’individu avec sénilité et ralentissement psychomoteur.
  • L’Hypocondrie psychotique : une idée délirante.

Symptômes :

  • Préoccupation de l'organisme
  • Mauvaise interprétation des symptômes
  • Peurs irrationnelles d'être malades ou mourants,
  • Doute et scepticisme dans le diagnostic des médecins,
  • Autodiagnostic constant
  • Palpitations,
  • Essoufflement,
  • Évanouissement,
  • Fatigue,
  • Maux de dos,
  • Douleur abdominale supérieure,

Diagnostic :

  • La caractéristique essentielle de l'Hypocondrie est une préoccupation centrée sur la crainte ou l'idée d'être atteint d'une maladie grave, fondée sur l'interprétation erronée d'un ou de plusieurs signes ou symptômes physiques.
  • L'examen physique ne confirme pas les inquiétudes du sujet.
  • Le diagnostic d’hypocondrie se fondant sur l’analyse structurale de la personnalité du patient.
  • C’est la structure névrotique de l’anxiété diffuse et obsédante, le comportement sado masochiste du sujet, les ATCDs et le caractère du malade, enfin l’importance du syndrome neuro- végétatif ou fonctionnel (EY) qui en sont les critères positifs.

Causes :

  • Personne de faible estime de soi,
  • Personne  de sens accru de la douleur et à d'autres facteurs environnementaux,
  • Personne qui a des problèmes avec la perception de la maladie et de la santé.
  • Une grande crainte de toute maladie.
  • Colère,
  • Irritabilité,

Traitements :

  • Le traitement repose essentiellement sur la psychothérapie
  • Les psychothérapies cognitives et comportementales sont particulièrement recommandées.
  • Dans certains cas d’hypocondrie on serait tenté de prescrire un traitement psychotrope, antidépresseur ou tranquillisant, mais les effets secondaires peuvent renforcer l’angoisse.
  • L’hypocondrie peut devenir particulièrement handicapante au quotidien
  • Les antidépresseurs sont utiles en traitement de fond des attaques de panique ou s'il existe une vraie dépression. Toutefois, les médicaments psychotropes sont généralement peu appréciés des hypocondriaques qui en acceptent difficilement les effets indésirables, réels ou supposés.