Les Premières Couveuses !!

En 1880, Le Dr Tarnier, Chirurgien chef de la maternité Port Royale à Paris, était au sommet de sa gloire d’accoucheur. A force de rigueur et suivant les préceptes de Lister (Lavage des mains et vaporisation à l’acide) il était parvenu à faire régresser le spectre des infections des femmes en couches qui décimaient les femmes en ce moment. Le nom Tarnier est synonyme pour moi et pour tous les obstétriciens, d’un forceps inventé par ce grand accoucheur et qui pouvait aider au passage des nouveau-nés à travers la filiaire génitale, de façon plus physiologique.

Le Dr Tarnier avait une haute idée de son métier, il disait : Etre accoucheur c’est bien, prendre soin des femmes qui accouchaient, c’était indispensable. Et il fallait aller encore plus loin, Il fallait prendre soin des petits qui naissaient, puisqu’ils représentaient à l’évidence le but ultime de l’enfante lament. Il ne pouvait plus supporter la mortalité importante des nouveau-nés et surtout celle des prématurés. Il savait que ce que ces petits bouts de choux leur fallait la chaleur du ventre maternel qu’ils ont du quitter prématurément.

Un matin, il a été invité par la directrice du jardin d’acclimatation du Bois de Boulogne. Et voilà comment une idée de génie allait surgir dans sa tête. Mme Martin, la directrice lui a montré les moyens qu’elle utilisait pour acclimater les espèces exotiques aux rigueurs des températures parisiennes. Elle montra au Dr Tarnier, la salle où des poussins, des oiseaux exotiques étaient placés dans des incubateurs : « Ainsi ils pouvaient survivre au chaud, même privés de la couvade maternelle » Lui aurait dit Mme Martin.

Après ce déclic, Tarnier a ordonné la fabrication des premières couveuses. C’était artisanales : les enfants étaient placés sur la paille dans des caisses de bois, closes et réchauffées au feu de bois nuit et jour par des infirmières. L’air que respirait l’enfant était lui-même réchauffé et le système de gavage par sonde dont l’hygiène est assurée par les principes pastoriens de Budin complétaient le dispositif. Ce fut, un immense succès et le premier service pour enfants prématurés du monde était né.

Tous les nouveau-nés souffrants et les prématurés doivent leur passage en couveuse grâce à la perspicacité d’un obstétricien hors norme et d’un jardin d’acclimatation parisien. Les soignants ont parfois des couveuses, certainement pas en quantité suffisante, mais les nouveaux nés en souffrance et les prématurés continuent de mourir par centaine. Enfin, la couveuse ne sert qu’à réchauffer les nouveau-nés fragilisés, il doit certainement nous manquer l’essentiel !!