Message d'erreur

  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Deprecated function: The each() function is deprecated. This message will be suppressed on further calls in menu_set_active_trail() (line 2405 of /home/pharmapr/public_html/includes/menu.inc).

Les médecins privés portent plainte contre le ministère de l’Economie et des Finances

L’Association nationale des cliniques privées (ANCP) Elle va poursuivre le secrétaire général du ministère de l’Économie et des finances, suite à des propos tenus lors des 3es assises de la fiscalité tenues les 3 et 4 mai à Skhirat.

Le secrétaire général du ministre de l’Économie et des Finances, Zouhair Chorfi, avait  reproché ouvertement, pendant ces assises, aux professionnels du secteur privé de la Santé au Maroc de s’adonner à des pratiques immorales. Selon lui les cliniques privées encaissement au noir et en cash et ne déclare que 10% de leurs revenus.

Voici quelques propos du SG du ministre de l’Économie et des Finances qui ont soulevé ce  tollé : "Nous ne sommes pas dans des minorations des valeurs de 10% ou de 20%. Personnes n’aime payer l’impôt. Que les gens minorent leur déclaration de revenus de 20%, ce n’est pas grave, mais qu’ils les minorent de 90%, là, j’ai un problème. Quand on arrive dans une clinique privée et que cette dernière nous annonce qu’elle ne prend pas les chèques, qu’est-ce que ça veut dire ? Il faut que ça cesse ! La corruption, ça suffit ! Le noir, ça suffit ! A quoi sert un ordre ? A quoi sert une association si elle ne peut pas rappeler à l’ordre ses adhérents en cas de manquement ? Chacun doit faire l’effort nécessaire de balayer devant sa porte ".

L’ANCP  rejette catégoriquement ces accusations infondées. Selon  le président de l’ANCP, "Cette déclarations venant d’un représentant officiel est irresponsables et graves, Mr Zouhair Chorfi a accusé le secteur de faire 90 % de détournements fiscaux, chose qui n’est pas vraie. La direction de la fiscalité a vérifié nos comptes, et le seul redressement qui a été effectué n’a pas dépassé 1,5 %".