Le Maroc se prépare à faire face à d’éventuels cas d’Ebola

Face à l'inquiétude que suscite l'épidémie du virus Ebola en Afrique, le Maroc a décidé d’élever le niveau de vigilance sur ses frontières aériennes et maritimes pour contrer une nouvelle épidémie du virus Ebola et se préparer à toutes les éventualités.

Le Maroc s’est préparé à traiter d’éventuel cas et a décidé de doter tout le territoire national d’équipements médicaux spécialement conçus pour transporter les cas suspects.

À cet effet, le ministère de l’Intérieur va coordonner les actions de lutte contre ce  virus à travers un plan anti-Ebola qui repose sur la détection précoce des cas de contamination, l’équipement des centres médicaux, la prise en charge des malades, et la mise en place de mesures liées au diagnostic.

Déclenchée au premier trimestre 2014 en Guinée (Conakry), l’épidémie du virus Ebola, qui se répand inexorablement en Afrique de l’Ouest, a déjà fait plus de 1.500 morts, selon le dernier bilan de l’OMS, trois décès causés par la fièvre hémorragique ont été enregistré au sud Soudan la semaine dernière. Le mois de décembre dernier, l’OMS avait annoncé le retour du virus et sa propagation à la République démocratique du Congo, en affirmant qu’au moins un cas de décès a été enregistré à cause d’Ebola.

La maladie à virus Ebola (auparavant appelée fièvre hémorragique à virus Ebola) est une maladie grave, souvent mortelle, dont le taux de létalité peut atteindre 90%. Comme son nom l’indique, elle est due au virus Ebola, qui appartient à la famille des filovirus.

Elle est apparue pour la première fois en 1976, lors de deux flambées simultanées, l’une à Yambuku, un village près de la rivière Ebola en République démocratique du Congo, et l’autre dans une zone isolée du Soudan.

On ignore l’origine du virus mais les données disponibles actuellement semblent désigner certaines chauves-souris frugivores (Ptéropodidés) comme des hôtes possibles