Le Maroc face à une recrudescence de la leishmaniose à Zagora

Malgré les mesures préventives mises en place par l’Etat Marocain, la leishmaniose cutanée est de retour à Zagora.

Selon la direction régionale de la santé, 113 cas de leishmaniose cutanée ont été recensés dans la province de Zagora, dont 24 cas à Beni Zouli, un cas à Tamzmot et 24 cas à Tanzouline.

Selon une source associative de la ville de Zagora, plus de 270 cas de leishmaniose cutanée ont été observés dans cette région l’année derniére, en particulier dans les Douar Amardoul relevant de la commune rurale Tinzouline.

La recrudescence de cette maladie suscite l'inquiétude dans le sud du Maroc. Le manque de réseau de drainage et d'assainissement dont souffre les deux communes et la présence des déchets dans les rues, sont pointés du doigt par des associations et considérés comme étant les principaux causes de la maladie.

Les leishmanioses représentent un problème de santé publique au Maroc, non seulement à cause du nombre de cas enregistrés chaque année, mais aussi à cause de la large répartition de la maladie sur le territoire marocain, la diversité des espèces de leishmanies et la diversité des formes cliniques; ainsi que les facteurs climatiques, environnementales et socio- économiques ayant un impact sur la propagation de la maladie.

Les leishmanies, parasites responsables des leishmanioses, sont transmises à l’homme par la piqûre d’un insecte (le phlébotome). Elles sont injectées au stade dit « promastigote »  à l’hôte mammifère, dont l’homme, à l’occasion d’une piqûre par la femelle phlébotome.

Il y a trois types de leishmanioses: les leishmanioses viscérales ou Kala-azar, mortelles en l’absence de traitement ; les leishmanioses cutanées, localisées ou diffuses et les leishmanioses cutanéomuqueuses.

La leishmaniose cutanée, le plus souvent bénigne, se caractérise par des lésions ulcérées ou ulcéro-croûteuses, parfois très nombreuses, localisées sur les parties découvertes du corps et qui guérissent en général spontanément en laissant des cicatrices. Selon l’espèce infectante la leishmaniose cutanée peut évoluer vers une forme cutanéo-muqueuse ou cutanée diffuse.

Au Maroc, la Leishmaniose cutanée se présente généralement sous trois formes cliniques :

  • 1-La Leishmaniose cutanée zoonotique (LCZ), dite aussi rurale ou humide causée par L. major occupe le Sud et le Sud-Est.
  • 2-La Leishmaniose cutanée anthroponotique (LCA), dite aussi urbaine ou sèche due à L. tropica occupe le Nord-Ouest et le centre.
  • 3-Une forme rare de la Leishmaniose cutanée dite sporadique due à L. infantum est surtout localisée à l’extrême Nord et au Rif.

Entre 1990 et 2010, 50 208 cas de LC ont été´ recenses ; 34 818 cas étaient dus a L. major (soit 69,4 %) et 15 390 a` L. tropica (soit 30,6 %).

Au cours des vingt dernies années, une recrudescence du nombre de cas de LC a été´ observée au Maroc ainsi que dans de nombreux pays, particulièrement au Maghreb (Tunisie) et au Moyen-Orient. Le Maroc demeure néanmoins moins touche´ que l’Algérie voisine.

La leishmaniose est un problème sanitaire, sérieux. Les leishmanioses sont endémiques dans 88 pays et les quatre continents que sont l'Afrique, l'Amérique du Nord et du Sud, l'Asie et l'Europe.