La maladie de Parkinson s'installe au Maroc

La maladie de Parkinson fut décrite pour la première fois par James Parkinson, (1755-1824), médecin Anglais, en 1817; il décrivit celle-ci sous le nom de "Paralysie agitante".

Charcot (1825-1893), médecin Français à l'hôpital de la Salpêtrière, donna le nom définitif à cette maladie : "Maladie de Parkinson".

Cette maladie est la seconde maladie dégénérative après la maladie d’Alzheimer. Près de 4 millions de personnes seraient atteintes de cette maladie dans le monde. C’est une maladie neurodégénérative liée à la destruction des neurones dopaminergiques.

La maladie de Parkinson est avant tout une maladie du mouvement. Les malades sont envahis par des symptômes souvent invisibles : les symptômes moteurs, dont le tremblement au repos, la lenteur du mouvement et la raideur. Cela dit, la maladie peut aussi se manifester avec des symptômes non moteurs.

Elle débute généralement entre 55 et 65 ans mais de 5 à 10 % des patients sont atteints encore plus jeunes (entre 30 et 55 ans). On estime à 4 millions le nombre de personnes affectées par la maladie de Parkinson Dans le monde. La prévalence globale de la maladie  en Europe est estimée à 1,6 % chez les personnes âgées de plus de 65 ans. En France elle touche près de 100 000 personnes avec environ 8 000 nouveaux cas par an.

Au Maroc, on estime à 50.000 voire 60.000 le nombre de cas de la maladie de Parkinson, environ 4.000 nouveaux cas sont déclarés chaque année, selon les statistiques du ministère de la santé. Selon une étude réalisée à l'hôpital des spécialités de Rabat entre le mois de janvier 2006 et janvier 2011 montre que l'âge moyen des patients atteints par la maladie est de 64ans +/- 10ans, avec une prédominance masculine de 61.5%, et un âge moyen de début des premiers symptômes de 57.5 +/- 11ans.

En raison de l’augmentation de l’espérance de vie et le vieillissement de la population au Maroc, cette maladie neuro-dégénerative sera de plus en plus fréquente, selon le Pr Mostafa El Alaoui Faris du service de neurologie A, Hôpital des spécialités-Rabat.

Pour mieux sensibiliser la population, les médecins neurologues Marocains  insiste, surtout sur l'éducation et l'informer sur la fréquence et les symptômes de cette maladie et l'encouragement des malades à consulter un neurologue en cas de doute. Pour que les patients marocains atteints de cette maladie soient  soignés correctement, il faudrait que les pouvoirs publics s'impliquent plus activement dans la prise en charge des malades et ceci en  mettant sur le marché marocain les médicaments anti-parkinsoniens récents nécessaires pour un traitement optimal, selon Dr Chafiq Hicham, neurologue à Marrakech.