Journée mondiale de lutte contre le cancer

  • Par pharmapresse

A l'instar de la communauté internationale, le Maroc a célébré le 4 février 2015 la journée mondiale de lutte contre le cancer.

A cette occasion, différents événements sont organisés pour créer un espace d’échange, d’information et d’écoute entre les patients et le corps médical :

L’AMIC (Association Marocaine des Infirmiers en Cancérologie) organise sous l’égide de la Fondation Lalla Salma sa 9ème journée scientifique, sous le thème ‘‘Personnes atteintes d’un cancer, Personnels soignants, Personnes impliquées’’.

A l’Institut National d’Oncologie de Rabat les bénévoles de la Fondation Lalla Salma organisent une journée sous le thème ‘‘Les patients ont la parole … et elle est entendue’’. Et à Marrakech l’équipe de la maison de vie profite également de cette occasion et organise une journée pour parler du cancer (traitements, accompagnement psychologique…)

Le cancer est un réel problème de santé publique:

Le cancer est responsable d'un décès sur huit dans le monde, une mortalité supérieure à celle du sida, de la tuberculose et du paludisme réunis. Chaque année, plus de 12 millions de nouveaux cas sont diagnostiqués et 7,6 millions d'individus meurent du cancer. En l'absence de mesures appropriées, on estime que ces chiffres pourraient atteindre 26 millions de nouveaux cas d'ici 2030, sachant que l'augmentation sera la plus marquée dans les pays à faible et moyen revenu.

C’est un réel problème de santé publique avec quelque 35.000 cas diagnostiqués par an dont seulement 12000 sont pris en charge. Chez la femme, le cancer du sein arrive en premier avec 36,1% suivi de celui du col de l’utérus avec 12,83%. Chez l’homme, c’est le cancer du poumon qui occupe la première place devançant celui de la prostate et des lymphomes.

Au MAROC, le cancer est responsable de 7,2% des cas de décès , le coût de prise en charge de la maladie demeure très élevé. Le fardeau assumé par les ménages et l'ampleur des retombées sociales et économiques lors d'une atteinte par le cancer sont extrêmement lourds, d'autant plus que pour certains cancers, les coûts de traitement sont souvent à la charge des patients à hauteur de 90%. Ajouter à cela le fait que plus des deux tiers de la population ne disposent d’aucune couverture médicale. Du coup, quand la maladie s’invite dans un foyer c’est le drame. D’aucuns sont même allés jusqu’à qualifier cette pathologie (à tort ou à raison) de « maladie des riches ». Beaucoup de malades considèrent le cancer comme une fatalité, un mal incurable alors que la science médicale a connu des progrès extraordinaires, que les avancées thérapeutiques sont considérables et que des traitements existent afin de lutter contre cette maladie et surtout en guérir.