GILEAD va priver les Marocains infectés par le VHC du traitement

  • Par

Le laboratoire pharmaceutique Gilead a annoncé récemment avoir signé un accord de licence volontaire avec plusieurs fabricants de génériques implantés en Inde sur le nouveau «blockbuster» de Gilead utilisé dans le traitement du virus de l’hépatite C (VHC). Cette licence autorise ces producteurs de génériques à exporter la nouvelle molécule dans 91 pays à bas et moyens revenus (PBMR) à moindre coût. Toutefois, elle interdit toute exportation vers le Maroc ainsi que vers 50 autres pays à bas et moyens revenus.

Au total, à travers le monde, 73 millions de personnes infectées par le VHC sont exclues du cadre géographique de cette licence. Au Maroc, l’accès aux traitements pour les 625.000 personnes atteintes du VHC paraît fortement compromis, soit parce que le coût ne pourra pas être supporté par le système de santé, soit parce que les personnes seront dans l’impossibilité de payer le prix de ces traitements de leur poche. On estime que l’exclusion du Maroc de cette licence va coûter au gouvernement marocain au moins 790 millions de dollars s’il souhaite soigner sa population infectée par le VHC selon les nouveaux standards de soins internationaux .

Loin de promouvoir l’accès aux médicaments, cette licence volontaire à l’initiative de Gilead représente une menace majeure pour l’accès aux traitements de l’hépatite C.

La thérapie actuellement disponible au Maroc traitant de l’hépatite C est très coûteuse et nécessitant un budget entre 70.000 et 100.00 DH pour quelques 48 semaines, le taux de guérison varie entre 60 et 70%.

L’Association de Lutte Contre le Sida (ALCS), le Collectif pour le Droit à la Santé Maroc et la Coalition internationale de Préparation aux Traitements dans la région MENA (ITPC-MENA) dénoncent fermement l’exclusion du Maroc de cette licence annoncée par le laboratoire américain Gilead et appellent les autorités sanitaires marocaines à dénoncer cette licence et à explorer toutes les possibilités pour rendre le nouveau générique disponible au Maroc, notamment le recours à la production locale et aux voies légales contre les pratiques anti-compétitives abusives du laboratoire Gilead.