Cancer au Maroc : les chiffres

Chez l'homme :

  • Cancer du poumon : 3.497 cas.
  • Cancer de la prostate : 2.332 cas.
  • Cancer de la vessie : 1.429 cas.
  • Cancer du côlon et du rectum : 1.358 cas.
  • Le lymphome non hodgkinien : 1.089 cas.

Chez la femme :

  • Cancer du sein : 6.650 cas.
  • Cancer du col de l'utérus : 2.258 cas.
  • Cancer du côlon et du rectum : 1.126 cas.
  • Cancer de la thyroïde : 929 cas. 
  • Cancer de l'ovaire : 735 cas.

Selon des chiffres de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) sur l'incidence du cancer au Maroc en 2014, le cancer du sein arrive en tête chez la femme avec 6.650 cas, suivi du cancer du col de l'utérus (2.258 cas), le cancer du côlon et du rectum (1.126) le cancer de la thyroïde (929) et le cancer de l'ovaire (735), comme indique un communiqué de presse de la MAP.

Pour ce qui est de l'incidence du cancer chez l'homme, le cancer du poumon arrive premier avec 3.497 cas, suivi du cancer de la prostate (2.332), le cancer de la vessie (1.429), le cancer du côlon et du rectum (1.358) et le lymphome non hodgkinien(1.089).

Dans ce domaine, la Fondation Lalla Salma est engagée depuis sa création à améliorer les conditions de prise en charge thérapeutique et diagnostique des personnes atteintes de cancer à travers l'humanisation de centres ou d'unités d'oncologie déjà existants, l'équipement des structures sanitaires de cancérologie et la construction d'infrastructures dédiées au traitement du cancer. Dans ce contexte 9 hôpitaux spécialisés ont été construits et 4 autres sont en préparation, 6 maisons de vie ont vu le jour et 3 autres sont en projet  afin d'encourager les patients à suivre leur traitement et surmonter le problème d'hébergement qui constitue une des causes de l'abandon du traitement ambulatoire.

Et tenant compte de l'importance de diagnostic précoce, 24 centres de détection précoce ont vu le jour, 13 nouveaux centres sont en préparation et 6 unités mobiles ont été mises en place, tandis qu'un million de femmes sont dépistées chaque année, ainsi, le Plan National de Prévention et de Contrôle du Cancer (2010-2019), mené par la Fondation Lalla Salma en étroit partenariat avec le ministère de la Santé, a retenu parmi ses priorités stratégiques la détection précoce des cancers du sein et du col de l'utérus. Ces cancers constituent un véritable problème de santé publique puisqu'ils représentent environ 5 cancers sur 10 chez la femme.

En outre, la fondation a élaboré un projet de lutte antitabac intitulé : Collèges, Lycées et Entreprises sans tabac (CLEs),  afin de prévenir les cancers liés au tabagisme, dans la mesure où il  représente le facteur de risque cancéreux le plus important, entraînant dans le monde plus de 20% de la mortalité par cancer et environ 70% des décès par cancer du poumon, d'après l'OMS.