Message d'erreur

  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Deprecated function: The each() function is deprecated. This message will be suppressed on further calls in menu_set_active_trail() (line 2405 of /home/pharmapr/public_html/includes/menu.inc).

Bientôt la chimiothérapie vectorisée

La chimiothérapie vectorisée est de développer une chimiothérapie des cancers plus sélective et plus efficace. C’est le travail de la société Seekyo qui développe des vecteurs thérapeutiques sélectifs capables de libérer des agents anticancéreux uniquement en présence de la tumeur ou de son environnement proche. Cette prouesse est rendue possible par la mise au point d’une molécule capable de transporter des agents anti cancer dans l’ensemble de l’organisme de façon non toxique, d’identifier les cellules malades visées et de déclencher la libération du principe actif uniquement sur sa cible grâce à une gâchette enzymatique.

Cette société  vient de démarrer une levée de fonds pour réaliser les testes précliniques validant son médicament.

Pour cette première levée de fonds, Seekyo a reçu le soutien financier de nombreux investisseurs dont la French Tech Seed, gérée par BPI-France, avec 250.000 euros,  le pool d’investisseurs des réseaux de business angels BAdGE, avec 400.000 euros ainsi que l’Investessor et Synergence, avec 150.000 euros.

Il est à noter que depuis une dizaine d’années au sein de l’Institut de chimie des milieux et des matériaux de l’université de Poitiers. Les travaux des chercheurs ont conduit à l’émergence de la chimiothérapie vectorisée, brevetées en 2010. Après plusieurs années de tests chez la souris, ses travaux ont fait la preuve de leur concept. Ce qui a débouché sur plusieurs publications dans des revues scientifiques internationales.

Le développement de nouveaux agents anticancéreux conçus pour détruire sélectivement les tumeurs sans affecter les organes sains est devenu l’un des défis majeurs de la recherche contre le cancer.