Message d'erreur

  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Deprecated function: The each() function is deprecated. This message will be suppressed on further calls in menu_set_active_trail() (line 2405 of /home/pharmapr/public_html/includes/menu.inc).

Bayer : descente aux enfers à cause de l’herbicide "Roundup"

C'est un nouveau revers judiciaire pour Monsanto. Lundi 13 mai, un jury américain a condamné le groupe allemand Bayer, propriétaire de l’herbicide "Roundup ", à verser 2 milliards de dollars (1,8 milliard d'euros)  à un couple d'Américains atteints d'un cancer. Une amende record pour le fabricant du Roundup, condamné pour ne pas avoir informé de la dangerosité de son herbicide, classé "cancérigène probable" par l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Le jury de la Cour supérieure d’Oakland a estimé que Bayer était responsable du lymphome développé par chacun des deux plaignants.

Bayer, qui a finalisé le rachat de Monsanto l'an dernier, est fortement secoué en Bourse en raison précisément des déboires judiciaires de Monsanto qui fabrique le "Roundup", dont le principe actif est le glyphosate, substance controversée.

En août dernier, Bayer a déjà été condamnée par la justice américaine pour les mêmes raisons à verser une amende de plusieurs dizaines de millions de dollars. Un autre jugement a eu lieu en mars dernier : l'amende s'élevait, cette fois-ci, à 80 millions de dollars.

Ces affaires s'ajoutent à de nouveaux déboires en France. Le parquet de Paris a ouvert le 10 mai une enquête préliminaire sur le "fichier Monsanto". Plusieurs personnalités et journalistes accusent Bayer de fichage illégal après avoir découvert l'existence d'un document secret répertoriant leurs positions sur les pesticides, notamment sur le glyphosate.

Pendant une quarantaine d'années, Roundup,  l'herbicide à base de glyphosate s'est écoulé sans difficultés, avant qu'une agence de l'OMS ne le classe comme "cancérogène probable pour l'homme" en 2015, générant une vague de protestations à l'échelle du globe.