Arthrose

Arthrose

Arthrose

L'arthrose est la forme la plus courante d'arthrite . Le mot « arthrite » veut dire inflammation de l'articulation (« arthr » signifie articulation et « ite », inflammation). « Inflammation » est un terme médical qui désigne un état caractérisé par la douleur, la raideur, la rougeur et l'enflure.Il existe plus de cent formes d'arthrite.

Les signes 

Le diagnostic d’arthrose est établi par votre médecin suivant deux types de signes. Les signes cliniques (ce que vous ressentez et constatez) et les signes radiologiques.

Les signes cliniques de l’arthrose

Les signes de la maladie arthrosique varient selon l’articulation concernée. Cependant, dans tous les cas, le motif principal de consultation est la douleur associée à une gêne fonctionnelle.

La douleur est, en principe, dite « mécanique » car elle présente les caractéristiques suivantes :

  • elle est déclenchée et aggravée par le mouvement ;
  • elle cesse ou s’atténue plus ou moins complètement lorsque l’articulation est au repos ;
  • elle est moins importante le matin, puis elle augmente dans la journée et elle est maximale le soir ;
  • elle gêne traditionnellement l’endormissement, mais peut également entraîner des réveils nocturnes ;
  • elle réapparaît chaque fois que l’articulation concernée est soumise à un effort : la marche pour l’arthrose de hanche, monter un escalier pour l’arthrose du genou, lever le bras pour l’arthrose de l’épaule…

La gêne fonctionnelle correspond à une limitation de la mobilité de l’articulation touchée par l’arthrose. Elle est variable selon l’activité du patient. Ainsi, un joueur de golf sera beaucoup plus gêné par une arthrose du genou qu’un sujet ne pratiquant pas de sport. De même qu’un pianiste sera très handicapé par une arthrose des doigts, même légère.

Les articulations arthrosiques ne sont, en principe, ni rouges, ni chaudes. Elles peuvent être gonflées lorsque s’installe un épanchement liquidien (épanchement de synovie), ce qui est particulièrement fréquent au niveau des genoux.

À la longue, les excroissances osseuses (ostéophytes) provoquent des déformations des articulations, surtout visibles au niveau des mains et des genoux.

L’état général du patient est toujours bon. Il n’y a ni fièvre ni amaigrissement.

Les lésions arthrosiques sont irréversibles et aboutissent, outre les déformations, à un raidissement articulaire pouvant évoluer vers une impotence partielle.

  Les signes radiologiques de l’arthrose

La radiographie standard, sans préparation, est suffisante au diagnostic de la maladie arthrosique.

Quatre signes radiologiques sont caractéristiques :

  • le pincement de l’articulation par destruction du cartilage (diminution de l’épaisseur du cartilage) ;
  • une condensation osseuse sous le cartilage ;
  • la présence d’excroissances osseuses ou ostéophytes ;
  • la présence de géodes (trous à l’emporte-pièce) dans l’os autour de l’articulation.

Il n’y a pas de parallélisme entre l’importance des signes radiographiques et les symptômes ressentis : une arthrose importante sur la radiographie peut rester asymptomatique. Inversement, une arthrose très douloureuse peut ne présenter que de modestes altérations radiologiques.

Le diagnostic 

En règle générale, le médecin fait le diagnostic de l'arthrose après vous avoir interrogé sur la nature de vos douleurs et sur l’apparition de votre gêne articulaire, et après vous avoir examiné : le réveil de la douleur à la pression et/ou à la mobilisation de l'articulation, une diminution de la mobilité articulaire, voire une tuméfaction autour de l'articulation, sont des signes évocateurs. Elles surviennent en général à l’effort et sont soulagées par le repos. Il peut exister des poussées inflammatoires d’arthrose qui, dans ce cas, réveillent la nuit et entraînent un dérouillage matinal.

 

Les signes radiologiques

Ils permettent de confirmer le diagnostic.

Ce sont principalement :

  • un pincement de l'interligne articulaire localisé dans la zone de pression principale de la jointure ;
  • l'existence d'ostéophytes qui élargissent les contours articulaires ;
  • une condensation de l'os sous-chondral (situé sous le cartilage) dans la région du pincement articulaire ;
  • des géodes qui sont inconstantes et siègent au sein de la condensation (aspect de zones arrondies, grises dans la condensation) ; à un stade tardif, une érosion de l'os sous-chondral localisée dans la zone de pression où le cartilage a disparu.

Les signes biologiques

Il n'existe pas de signes biologiques spécifiques de l’arthrose.

Le liquide synovial, obtenu par ponction de l’articulation, est en principe absent en dehors des poussées inflammatoires. Il est dit mécanique (aspect identique à celui de l'huile de cuisine), c'est-à-dire clair, visqueux, contenant moins de 1.000 globules blancs/mm3, avec moins de 50% de polynucléaires.

Les autres examens

En pratique, la radiographie simple est généralement suffisante pour le diagnostic et le suivi.

Cependant, exceptionnellement, dans certains cas, d'autres examens peuvent vous être prescrits surtout en cas de doute diagnostic : arthrographie, scanner, scintigraphie osseuse, IRM, échographie.

Il est exceptionnel d'avoir recours à la biopsie synoviale. Son intérêt pratique est très limité.

Traitement

l existe différents traitementspour soigner l'arthrose. 
Avant d'entreprendre un traitement et en particulier médicamenteux, parlez-en avec votre médecin. 
On sait que changer son style de vie comme faire davantage d'exercice ou perdre du poids sont des méthodes très efficaces pour une bonne prise en charge de l'arthrose. Lire aussi: bons conseils

Lors de crise ou de poussée d'arthrose, la personne devra être au repos.

Principaux traitements pour soigner l'arthrose:

> Traitements physiques (physiothérapie, ostéopathie, ergothérapie...)

> Traitements médicamenteux (soins de la douleur et reconstitution éventuelle du cartilage, lire ci-desssous)

> Aide orthopédique (prothèse)

> Opération (prothèse). Dans certains cas graves, une opération peut être proposée par le médecin, en particulier lors d'arthrose de la hanche et du genou. Le médecin posera alors une ou deux prothèses. On parle de hanche artificielle ou prothèse(s) de la hanche (dans le cas de genou, de prothèse du genou). 
Ces opérations sont très sûres et ont été une énorme avancée médicale pendant la deuxième partie du 20ème siècle.

Traitements médicamenteux en cas d'arthrose

Contre la douleur :

> du paracétamol, pour un adulte au dosage conseillé de 4 gr par jour en prise régulière (le paracétamol agit pendant environ 4 heures, à prendre par ex. à 8 h, 12h, 16 h,...), contre-indiqué chez les personnes souffrant de problèmes hépatiques (foie). Le paracétamol n'exerce pas ou peu d'effet anti-inflammatoire mais a un fort pouvoir analgésique et antipyrétique, dans le cas de l'arthrose (maladie non inflammatoire) c'est le traitement de premier choix.

> de la cortisone et ses dérivés : lorsque les douleurs sont trop importantes et qu'une inflammation est néanmoins présente, le médecin prescrit parfois de la cortisone ou l'un de ses dérivés. Souvent des injections de cortisone sont effectuées mais il est également possible de les prendre en comprimés. 

> des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) comme l'acide acétylsalicilique, l'ibuprofène, le dexibuprofène ou le diclofénac. 
A utiliser sous forme de comprimé, de patch (par exemple patch à base dediclofénac) ou de crème (par exemple crème à base d'ibuprofène).
Les molécules mentionnées ci-dessus ne soignent pas la cause mais permettent d'augmenter la qualité de vie des patients en réduisant la douleur (en particulier lors de crise ou de poussée d'arthrose), attention toutefois aux effets secondaires lors de l'utilisation à long terme, plus de 3 mois, comme des douleurs gastro-intestinales ou des problèmes rénaux.

Remarque intéressante sur le traitement des opioïdes:
Il ne faudrait prescrire que très parcimonieusement des opioïdes (morphine, codéine, fentanyl, oxycodone et oxymorphone) aux personnes souffrant d'arthrose aiguë. Comme l'a montré une équipe de chercheurs de l'Université de Berne en octobre 2009, l'utilité de ces analgésiques est faible et le risque d'effets secondaires est important.

Pour reconstituer le cartilage et soigner les douleurs : 
> le *chondroïtine sulfate (constituant du cartilage, par exemple isolée des moules vertes). Utilisée sous forme de comprimé ou de poudre. Ce médicament semble efficace surtout contre l'arthrose des doigts.

> la *glucosamine. A prendre sous forme de comprimé.

* Remarques importantes:
- Une étude réalisée par l'Université de Berne (Suisse) en septembre 2010 a conclu que la chondroïtine sulfate et la glucosamine seraient inefficaces et auraient la même efficacité qu'un placebo ! L'étude recommande aux autorités de santé (assurances maladies, Sécurité Sociale,...) de ne plus rembourser ces produits.

- Toutefois une nouvelle étude parue toujours en Suisse, à Genève cette fois, en septembre 2011 a montré que la chondroïtine sulfate est efficace contre l'arthrose des doigts. Selon cette étude la chondroïtine sulfate diminue les douleurs des patients souffrant d'arthrose des doigts et il agit contre la raideur matinale. 
[Creapharma.ch: un site neutre et indépendant qui vous informe de façon objective]

> l'acide hyaluronique, un médicament qui augmente la fluidité des articulations, à utiliser sous forme d'injection dans l'articulation.

 

Source : Revue des Maladies de A à Z 

! Pharmapresse est un journal d'information sur la santé. En aucun cas, il ne saurait se substituer à une consultation médicale. Veuillez nous signaler toute erreur, oubli ou information incomplète. Merci