Appendicite aigüe

Appendicite aigüe

Appendicite aigüe

  L'appendicite est une inflammation de l'appendice vermiforme (diverticule) du cæcum (portion initiale du gros intestin) tantôt aiguë, tantôt chronique, et qui nécessite l'ablation de celui-ci.

Symptômes

La douleur

La douleur existe presque toujours :

  • ressentie en général dans la fosse iliaque droite, elle est maximale au point de Mac Burney, à mi-distance entre l'ombilic et la crête de l'os iliaque ;
  • son intensité variable, sans aucune relation entre l'intensité de la douleur et la gravité de l'appendicite, peut retarder l'appel à tort au médecin ;
  • elle peut être ressentie dans le dos, la région lombaire ou sous le foie lorsque l'appendice n'est pas à sa place habituelle (appendice rétrocaecal, sous-hépatique), voire du côté gauche de l'abdomen ;

À l'inverse, des douleurs de la fosse iliaque droite peuvent être dues à d'autres causes que l'appendicite : calcul ou infection biliaire, infection urinaire ou génitale, pneumonie droite par exemple.

Autres signes

On observe dès le début ou après quelques heures d'évolution

  • une fièvre modérée, comprise entre 38 °C et 38,5 °C,
  • des nausées, des vomissements,
  • une constipation inhabituelle, parfois une diarrhée.

L'appendicite peut se révéler d'emblée par sa complication majeure : une péritonite avecocclusion intestinale.

Formes cliniques

Selon le siége

    En fonction de sa position, la symptomatologie peut être différente :

  • Appendice pelvien.
  • Appendice méso-cœliaque : peut être révélateur d'occlusion intestinale.
  • Appendice rétro-cæcal : douleur en arrière ; impression de problème rénal.
  • Appendice sous-hépatique : cholécystite aiguë ? Pyélonéphrite ?

Selon la présentation

  • Si infection qui a évoluée : Plastron.
  • Si présence de pus : péritonite.
  • Si présence d'abcès : abcès de Douglas.

Signes cliniques

  • Douleur de la fosse iliaque droite.
  • Hyperthermie : 37°8 – 37°9.
  • Arrêt du transit, vomissement.
  • Toucher rectal douloureux à droite.

 

Signes biologiques

  • Hyperleucocytose.
  • Augmentation de la CRP.

Examens complémentaires

  • Radiologie de l'abdomen qui montre une petite pierre calcifiée : stércolithe.
  • Echographie qui confirme le diagnostic.

Traitement

Le traitement de l'appendicite aiguë le plus sûr est chirurgical
Mais aujourd’hui, dans certains cas particuliers, on peut réaliser un diagnostic grâce à l’imagerie médicale et décider de traiter avec des anti-inflammatoires, mais sous stricte surveillance médicale.

Le traitement chirurgical de l'appendicite aiguë repose sur l'ablation de l'appendice infectée par une intervention chirurgicale. 
Cette opération peut se faire par une petite incision de quelques centimètres au niveau de la partie inférieure droite de l'abdomen ou par cœlioscopie (par le biais d'une caméra introduite par le nombril et d'instruments fins introduits à travers la paroi abdominale via quatre petites incisions et après avoir introduit un gaz gonflant la cavité abdominale).

En attendant l'opération, le patient est laissé à jeun durant les six heures qui précèdent l'opération, avec si nécessaire des calmants par voie orale ou intraveineuse.

Les antibiotiques sont donnés en cas de péritonite afin de stopper l'infection.

 

Source : Revue des Maladies de A à Z 

! Pharmapresse est un journal d'information sur la santé. En aucun cas, il ne saurait se substituer à une consultation médicale. Veuillez nous signaler toute erreur, oubli ou information incomplète. Merci