Affaire DMP : Belaich menacé d’être poursuivie pour diffamation!

Un nouveau développement dans l'affaire des accusations de menaces et corruption au sein du Ministère de la Santé qui a été diffusée en direct sur les ondes d’une radio en «live». Omar Bouazza, Chef de la Direction du Médicament et de la Pharmacie (au Ministère de la Santé), est accusé de menaces et corruption par les industriels.

En effet, Abdelmajid Belaich, ancien directeur de l'Association marocaine de l'industrie des médicaments a ouvertement accusé le directeur de la direction des médicaments et de la pharmacie, au sein du ministère de la Santé, en sa présence, d'avoir demandé aux associations des industriels de payer 3 MDH en contribution à l'organisation du Forum national des médicaments qui s'est tenu le 23 et le 24 février au Centre International de Conférences Mohammed VI à Skhirat, sinon il ne leur permettrait plus de licences (AMM).

Abdelmajid Belaich a déclaré récemment à la presse que le directeur de la Direction du Médicament et de la Pharmacie avait contacté  des associations de l'industrie des médicaments et leur avait demandé de démentir les accusations portées contre son département mais l'Association marocaine de l'industrie des médicaments a jusqu'ici refusé de lui répondre. Plus grave, Abdelmajid Belaich est menacé par le directeur de la DMP d’être poursuivie pour diffamation.

Pour sa part, Mustafa Ibrahimi, parlementaire PJD (parti justice et développement) et membre du comité du secteur social, qui était présent dans l’émission radio, a déclaré qu'il avait l'intention de poser des questions concernant cette affaire au Parlement.

Il est à noter que les professionnels de santé se posent beaucoup de questions sur la crédibilité de ces Assises. Y a-t-il conflit d’intérêts entre les assises et les entreprises mécènes qui en assurent une part du financement? Les caisses de l'Etat sont-elles tellement vides au point que l'on ponctionne même chez les entreprises de l'industrie pharmaceutique?  Dans quelle mesure le sponsoring par l'industrie pharmaceutique a un impact sur les conclusions de ces assises? Les organisateurs sont-ils dépendants du soutien financier de l'industrie ?

Les conflits d’intérêts constituent un risque sanitaire. Ils ne relèvent pas que d’une question morale. L'indépendance du ministère de la santé  par rapport à l'industrie pharmaceutique doit être garantie selon les professionnels de la santé. Une situation de conflit d’intérêts apparaît quand un individu ou une organisation doit gérer plusieurs intérêts qui s’opposent, dont au moins l’un d’eux pourrait corrompre la motivation à agir sur les autres, ou au moins donner cette impression (on parle alors d’« apparence de conflit d’intérêts »).

Il est à noter que l’industrie pharmaceutique est réputée entretenir des liens particulièrement étroits avec le pouvoir politique et les autres acteurs du secteur médical. Sa puissance financière lui permet d’exercer un lobbying intensif à même d’orienter les décisions publiques à son avantage.

L’industrie pharmaceutique dépend de l’intervention publique (réglementations sanitaires, fixation des prix, remboursement des médicaments). Elle exerce ainsi une pression importante pour influencer cette intervention publique.