Acné

Acné

Acné

Problème de peau très fréquent, l'acné apparaît le plus souvent à l'adolescence. Généralement bénigne, elle peut néanmoins nécessiter dans quelques cas des traitements intensifs et contraignants. Mais le principal désagrément est son caractère inesthétique à une période de profonds bouleversements avant d'arriver à l'âge adulte. Entre idées reçues et vraies solutions, un dossier pour faire le point sur les points noirs.

Acné : la maladie la plus fréquente chez le dermatologue

L'acné est la maladie à laquelle le dermatologue est le plus fréquemment confronté. L'acné touche environ 80% des adolescents (dont 15% avec une acné sévère) et près de 25% des adultes, en particulier des femmes. Il s'agit d'une maladie dite auto inflammatoire : elle associe des modifications du fonctionnement normal de la peau et une infection par une bactérie, le Propionibacterium acnes.

Causes

L’acné est d’origine multifactorielle. Voici des éléments qui peuvent contribuer à son apparition.

  • La poussée hormonale à la puberté. Au moment de la puberté, quel que soit le sexe, les hormones sexuelles augmentent; surtout les hormones androgènes (qui provoquent l’apparition de caractères sexuels masculins). Sous l’effet de cette poussée, les glandes sébacées produisent plus de sébum. Cette augmentation de la production de sébum crée un terrain propice à la multiplication des bactéries Propionibacterium acnes qui s’en nourrissent ;
  • Les fluctuations hormonales chez la femme. Certaines femmes voient des boutons d’acné apparaître de 2 à 7 jours avant d’avoir leurs menstruations. La contraception peut aussi avoir un rôle positif ou négatif : les femmes qui commencent à prendre certainespilules contraceptives contenant notamment des progestatifs potentiellement acnéigènes de type gestodene, desogestrel, norgestrel, levonorgestrel, norgestrienone, norethisterone, lynestrenol... peuvent voir leur acné s'accentuerou, au contraire, l'arrêt de la contraception (pour un désir de grossesse par exemple) peut elle aussi être pourvoyeuse d'acné. La grossesse et la ménopause peuvent aussi en être responsables ;
  • Un trouble du fonctionnement des ovaires ou des glandes surrénales. Il arrive que l’acné de la femme puisse être attribuée à une dysfonction des ovaires ou des glandes surrénales, mais cela est exceptionnel.

 

Les facteurs explicatifs de l’acné

L’acné est une maladie complexe, dite « multifactorielle » car plusieurs facteurs déterminent l’apparition, l’évolution et la gravité du trouble. L’acné donne souvent lieu à des idées reçues : ainsi, la propreté de la peau n’est pas fondamentalement en cause (sauf pour des surinfections) ; les adultes sont aussi touchés, et pas seulement les adolescents ; le régime alimentaire semble sans effet particulier. 
Le rôle de l’hérédité semble avéré dans les formes sévères d’acné, et probablement dans la réponse aux traitements. Mais aucun mécanisme moléculaire et héritable n’est aujourd’hui connu. Les personnes dont la famille présente des antécédents d’acné sévère ont elles-mêmes un risque plus important de souffrir du trouble précocement, de présenter des lésions rétentionnelles étendues et d’être réfractaires aux traitements. 
Les changements hormonaux jouent un rôle dans les crises d’acné, qu’ils soient dus à l’adolescence, à la grossesse, aux règles ou au stress. Certains médicaments peuvent provoquer ou aggraver le mal : cortisone, produits comprenant de la testostérone ou des estrogènes, phénytoïne… La transpiration, la chaleur humide, les produits cosmétiques gras sont considérés comme des facteurs aggravants.

Quel est le traitement de l’acné ?

L’acné intérfère avec la qualité de vie et doit donc être prise au sérieux et traitée efficacement. Le dermatologue dispose d’un arsenal très efficace, mais un traitement prolongé et un suivi régulier sont toujours nécessaires pour obtenir des résultats satisfaisants.

Quelles sont nos possibilités 

• Les Traitements locaux

- Traitement des lésions rétentionnelles (microkystes) 
Nettoyage de peau : le nettoyage de peau dermatologique est indispensable au traitement de l’acné ou prédomine les microkystes (acné microkystique). S’il existe des microkystes, un nettoyage de peau dermatologique est nécessaire avant de débuter un traitement par isotrétinoïne. Le nettoyage de peau réalisé par le dermatologue comporte une microincision de la surface de la peau puis une extraction des comédons. Cet acte est un peu douloureux, mais les efforts sont récompensés par un résultat plus rapide et plus complet.

Rétinoïdes : ils luttent contre les comédons, c’est donc la base du traitement de l’acné car il existe toujours une obstruction des follicules pilo-sébacés. Ils sont essentiels au traitement des acnés kystiques. On trouve la trétinoïne (Locacid®, Kétrel®, Rétacnyl®, Effederm®), l’isotrétinoïne (Roaccutane gel®, antibiotrex®) et l’adapalène (Différine® crème et gel). Le dermatologue utilise la trétinoïne entre 0,025 et 0,05% et l’adapalène qui s’attaque aussi aux lésions inflammatoires. Ces produits sont toujours irritants et doivent être appliqués avec précaution. L’application soit se faire le soir à distance de la toilette (respecter au moins un délai d’une heure après le lavage). Il faut appliquer très peu de produit et l’étaler sur l’ensemble du visage sans frotter la peau. Il faut éviter les zones sensibles (pourtour des yeux et de la bouche, cou). Il est toujours préférable de débuter le traitement un jour sur deux (surtout avec la trétinoine à 0,05% ou si l’on utilise parallèlement le péroxyde de benzoyle). L’application d’une crème hydratante est indispensable le matin, surtout en début de traitement. Enfin, il faut examiner sa peau avant chaque application et suspendre le traitement quelques jours (1 à 4) si la peau devient rouge, pèle ou s’il on a des sensations de brulures. Lorsque l’on supporte bien le produit un jour sur deux, il est possible de l’appliquer quotidiennement, mais on hésitera pas à stopper temporairement le traitement si des irritations apparaissent. Le traitement par rétinoïde s’associe souvent au péroxyde de benzoyle et/ou à un traitement antibiotique local ou général. Les rétinoïdes fragilisent la peau au soleil. Il faut donc utiliser un écran solaire le matin. Ce traitement est contre indiqué pendant la grossesse et l’allaitement.

Acide azélaïque (Skinoren®) : l’acide azélaïque est efficace sur les lésions rétentionnelles mais aussi sur les lésions inflammatoires. Ce traitement s’applique deux fois par jour, il est modérément irritant. Ce traitement n’est pas beaucoup utilisé en France, car il n’est pas pris en charge par l’assurance maladie.

Acides de fruits : les crèmes aux acides de fruits (15%) peuvent parfois être associées aux rétinoïdes. Leur application provoque toujours des picotements sans gravité et de courte durée. Les peelings à l’acide glycolique (20 à 70%) complétent parfois efficacement les nettoyages de peau. Le traitement par les acides de fruits est un traitement cosmétique de complément.

Préparation à la résorcine salycilée : ces préparations ancestrales réagissent au soleil. Elles sont parfois irremplaçables chez les patients qui ne tolèrent pas les rétinoïdes locaux. Ce traitement est contre indiqué pendant la grossesse et l’allaitement.

- Traitement des lésions inflammatoires (boutons rouges) 
Peroxyde de Benzoyle : le péroxyde de benzoyle existe en savon (Pannoxyl pain®), en crème et gel (Brévoxyl®, Cutacnyl®, Eclaran®, Pannogel®, Pannoxyl®, Effacné®). Les concentrations des produits varient de 2,5 à 10%. Le Peroxyde de benzoyle est un peu irritant , mais très efficace sur les lésions rouges inflammatoires. Nous recommandons de l’utiliser sans frotter, uniquement sur les bottons rouges. Le péroxyde de benzoyle décolore les vêtements définitivement (comme l’eau de javel), il faut donc faire très attention lors de son application, nous recommandons son utilisation le soir avec une lingerie de couleur blanche. Le traitement par péroxyde de benzoyle s’associe parfois aux rétinoïdes et/ou à un traitement antibiotique local ou général. Le péroxyde de benzoyle peut réagir au soleil. Il faut donc l’appliquer le soir et utiliser un écran solaire le matin.

Antibiotiques locaux : On peut utiliser l’érythromycine (Eryfluid®, Stimycine®, Erythrogel®) en gel ou en lotion ou la clindamycine (Dalacine T topic®). Ces produits contiennent de l’alcool et/ou du propylène glycol qui sont irritants. Le traitement antibiotique local s’associe parfois au traitement par rétinoïdes et/ou péroxyde Benzoyle à un traitement ou général.

Rétinoïdes : ils sont surtout efficaces sur les lésions rétentionnelles, on trouve la trétinoïne, l’isotrétinoïne et l’adapalène qui lutte parallèlement contre les lésions inflammatoires.

Acide azélaïque (skinoren®) : l’acide azélaïque est efficace sur les lésions rétentionnelles mais aussi sur les lésions inflammatoires. Ce traitement s’applique deux fois par jour, il est modérément irritant.

Dermocorticoide: le dermatologue spécialisé prescrit parfois très ponctuellement des crèmes cortisonées fortes qui peuvent aider à diminuer l’inflammation d’un gros kyste douloureux. Il ne s’agit pas d’un traitement de l’acné à proprement parler.

Traitements par les lasers et les lampes
Les lasers diode à 1450nm (smoothbeam Candela®) est parfois utilisé pour réduire les lésions inflammatoires de l’acné si l’on ne veut pas utiliser les antibiotiques. Le laser à colorant pulsé, permet aussi de réduire les lésions inflammatoires rouges. Le traitement par laser doit être répété une fois par semaine pendant plusieurs semaines afin de donner des résultats durables.

Diodes electroluminescentes (LED) : les lumières bleues (415 nm) et rouges (632 nm) peuvent être utiles au traitement des lésions inflammatoires de l’acné si l’on veut éviter les antibiotiques (grossesse par ex). Les traitements par laser et lampes doivent être répétés plusieurs fois par semaine pendant plusieurs semaines afin de donner des résultats prolongés.

Phothérapie dynamique : les lumières bleues et rouges peuvent être utilisées en conjonction avec un liquide photosensibilisant (Acide aminolévulinique) pour traiter les lésions inflammatoires de l’acné. Ce traitement n’est pas encore validé en France.

• Traitements par voie orale
Antibiotiques
Un traitement antibiotique prolongé est souvent nécessaire à la prise en charge de l’acné. Le dermatologue a le choix entre les tétracyclines (doxycycline, lymécycline, minocycline) et l’érythromycine, on utilise plus rarement les sulfamides. L’acné n’est pas une infection, mais ces antibiotiques luttent efficacement contre l’inflammation. Les tétracyclines
peuvent entraîner des troubles digestifs (nausées, vomissements), elles doivent être absorbées avec un grand verre d’eau, au moins deux heures avant le coucher pour éviter une ulcération de l’oesophage. Les tétracyclines réagissent au soleil, il faut donc utiliser un écran total toutes les deux heures et ne pas faire de bain de soleil. La survenue d’une allergie cutanée (urticaire) est possible. Les tétracyclines peuvent aussi entraîner d’autres complications très rares (troubles endocriniens, cutanés, hématologiques, musculo-squelettiques, neurologiques, des troubles du système immunitaire, un syndrome d’hypersensibilité, un syndrome lupique ou une pseudo maladie sérique). Les tétracyclines ne doivent pas être utilisées pendant la grossesse ni chez l’enfant de moins de 8 ans (risque de coloration de l’émail dentaire).

Source : Revue des Maladies de A à Z 

! Pharmapresse est un journal d'information sur la santé. En aucun cas, il ne saurait se substituer à une consultation médicale. Veuillez nous signaler toute erreur, oubli ou information incomplète. Merci